Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Présentations d’outils

L’édition de manuscrits au prisme du paradigme instrumental Arcane

Éric-Olivier Lochard
p. 83-95

Texte intégral

Introduction1

  • 1 En complément de cet article, on peut consulter en ligne sur le site de la MSH-Alpes un diaporama r (...)

1Arcane est un système généraliste d’édition destiné à la production intentionnelle de bases de connaissances, et à leur valorisation sous différentes formes : multipublication, échanges, intégration dans un réseau, etc. Il est utilisé dans le champ des sciences humaines et sociales par des étudiants et des chercheurs, pour produire individuellement ou collectivement d’importants corpus électroniques, les analyser, les étudier, et les publier sous forme de livres et de sites : édition critique et analyse de corpus, bases prosopographiques, ressources pédagogiques, thèses, bases documentaires personnelles de recherche, etc.

2Implémentation sous Mac OS et Windows du paradigme instrumental de l’édition électronique « Le monde selon Arcane », ce système a été imaginé et mis au point entre 1990 et 2000 à Montpellier dans un laboratoire de sciences humaines et sociales du Centre national de la recherche scientifique ; présenté pour la première fois en 1994 à la Maison des sciences de l’Homme à Paris, il a été lauréat du Concours national 2001 d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes organisé par le Ministère de la Recherche, option émergence.

3Arcane n’est pas spécialisé dans l’édition et la valorisation de fonds manuscrits, mais ses propriétés, notamment le modèle de documents multimédia qu’il implémente et les procédures qu’il met à la disposition des auteurs pour analyser et représenter les données, en font un instrument très efficace pour les travaux associés à ce type d’édition.

4Nous commencerons par évoquer rapidement les principales significations des termes « édition électronique » et « système d’édition », pour identifier le système Arcane et le situer parmi les systèmes d’édition utilisés à ce jour. Puis nous rappellerons brièvement les particularités du système, avant de passer en revue quelques types de travaux d’édition concernant des fonds manuscrits : inventaire, édition critique, enrichissement des images, et valorisation.

Différents systèmes d’édition électronique

1. Éditer : écrire et/ou publier

5Dans l’environnement de la recherche en sciences humaines et sociales, le terme « éditer » désigne deux activités différentes : l’édition intellectuelle, qui consiste pour les auteurs à préparer la publication par l’établissement et l’annotation des documents, et l’édition commerciale, qui consiste à produire, publier et diffuser un ouvrage. Cette ambiguïté n’a pas de conséquence pratique pour l’édition traditionnelle d’un livre, puisque ces deux activités sont inséparablement liées, cet objet matériel étant l’horizon commun de travail de tous les acteurs de la chaîne éditoriale : les auteurs et les éditeurs commerciaux éditent un livre ; l’habitude a donc été prise de confondre en France ces deux activités sous le même terme d’« édition », en laissant au contexte le soin de lever l’ambiguïté.

6Dans l’édition électronique, cette confusion n’est plus praticable avec la disparition de cet horizon commun comme évidence ; devant la difficulté pour la communauté des éditeurs à définir l’économie de l’édition électronique de manière opératoire et consensuelle, l’ambiguïté est en pratique levée d’une manière technologique, par le choix d’un système informatique. Les systèmes candidats, de qualité très variable, mettent en œuvre, implicitement ou explicitement, leur propre interprétation de l’édition, si bien que la dénomination « système d’édition » recouvre en fait un ensemble de systèmes informatiques très différents.

2. Systèmes de publication

7Une première catégorie de systèmes, de loin la plus nombreuse, identifie système d’édition et système de publication. « Éditer » électroniquement, c’est publier quelque chose ; les documents numériques sont préparés en amont, puis versés dans le système de publication conduit par un technicien : un système de mise en page s’il s’agit d’un ouvrage papier, un système de mise en ligne s’il s’agit d’un site Web, comme nous le supposerons dans la suite. Comme dans l’édition traditionnelle, l’activité du chercheur reste dirigée par la forme de l’objet publié, même si des technologies permettent de moduler la représentation du contenu. La problématique de l’édition électronique se ramène alors à celle d’un site Web qui dépend principalement de la technologie informatique, l’auteur en étant souvent réduit à choisir la charte graphique.

3. Systèmes d’édition

8Les autres systèmes affectent la chaîne éditoriale dans son ensemble, à des degrés divers, considérant implicitement ou explicitement l’édition électronique comme la production de ressources électroniques valorisables. Ces systèmes d’édition globale mettent en œuvre la dualité contenu/représentation, et s’articulent autour d’une base de données, trait d’union explicite entre les auteurs qui l’alimentent et les « valoriseurs » qui en composent des représentations électroniques ou matérielles. On peut les différencier selon le traitement qu’ils réservent à l’écriture.

Systèmes d’édition orientés publication

9Les systèmes d’édition orientés publication ne sont pas destinés aux auteurs, qui continuent à écrire avec leurs propres outils ; à la différence des systèmes de publication, les documents sont explicitement versés dans une base, manuellement ou automatiquement, pour une valorisation qui pourra prendre des formes différentes. Les systèmes de balisage XML en font partie.

Systèmes d’édition orientés écriture

10Les systèmes d’édition orientés écriture fournissent un instrument de travail aux auteurs en lieu et place des suites bureautiques habituelles. Arcane en fait partie.

11Certains de ces systèmes, en particulier ceux dont le développement est fondé sur le format XML, proposent une écriture dirigée par un modèle de composition du document conçu a priori : en pratique, l’auteur écrit toujours « à l’intérieur » d’une balise, qu’il peut choisir parmi celles que le système lui propose contextuellement. Ce mode d’écriture ne s’applique qu’aux textes.

12Arcane propose un mode d’écriture libre, comme les outils bureautiques habituels, et permet à l’auteur de structurer et de baliser le document à tout moment, à l’aide d’un dispositif d’enrichissement. Ce mode d’écriture est rendu possible par le modèle original du document multimédia implémenté dans le système Arcane ; et il peut en principe s’appliquer à tous les médias.

Systèmes intentionnels d’écriture

13La problématique de l’accès aux informations portées par un document est centrale dans les publications électroniques.

14Beaucoup de systèmes d’édition sont conçus comme si les informations étaient entièrement contenues dans les signes, et ils misent sur des traitements automatisés pour les extraire, au besoin à l’aide de représentations formelles du « réel » sous forme d’ontologies par exemple, mais toujours en aval de l’écriture. Le rôle essentiel de l’auteur est ainsi de verser des documents numérisés dans le système, en leur associant des informations « externes », les métadonnées.

15Arcane est fondé sur le point de vue selon lequel « un document ne parle pas », sa signification étant construite par le lecteur, qui en produit une représentation et une interprétation liées à sa culture et à l’environnement dans lequel ce document est présenté. Un document n’est donc pas indentifiable à un ensemble, mais un à potentiel, une espérance de significations. Pour implémenter opératoirement ce point de vue, Arcane propose un modèle original de document électronique, de manière à en faire non pas un document traditionnel numérisé, mais un objet électronique à part entière, dont la lecture et les accès peuvent être pensés, conçus, préparés et réalisés par ses auteurs, en mettant à leur disposition des mécanismes d’écriture et de lecture qui leur donnent de nouveaux pouvoirs sur le contenu de leur production.

Le système Arcane

16Le système Arcane a été décrit dans plusieurs articles et publications, et l’on pourra consulter, par exemple, la description accessible à l’adresse : <http://arcanews.univ-montp3.fr/arcane/arc/doc/LesystemeArcane/>.

17Nous rappelons ici quelques-unes de ses caractéristiques essentielles.

1. Un système généraliste et intentionnel d’édition

18Arcane se présente comme une suite bureautique de nouvelle génération, composée de plusieurs modules, articulés autour d’une base de données relationnelle où sont enregistrées les ressources composant le corpus.

19Les modules aWriter et aWriterServer sont les modules d’écriture et d’analyse individuelle ou collective en Intranet, aWebServer est le module de mise en ligne, le dernier module servant à configurer et à paramétrer la base de données, pour adapter le système au projet éditorial.

20La base de données est structurée selon une méta-architecture générique originale, suffisamment substantielle pour s’appliquer à un large éventail de projets éditoriaux et composer un corpus d’une grande richesse combinatoire hypergraphique, mais suffisamment simple pour faciliter le repérage et l’exploration de cette information par les utilisateurs.

21Arcane est une implémentation du paradigme instrumental de l’édition électronique « Le monde selon Arcane », qui fixe la méthodologie à suivre pour conduire un travail logique, favorisant la capacité créatrice des auteurs en même temps que la rigueur indispensable pour nourrir de manière cohérente d’importants corpus multimédia.

22Le paradigme instrumental « Le monde selon Arcane » est une réponse intellectuelle et opératoire aux nouvelles problématiques posées par l’édition électronique, en particulier celles du corpus, de l’accessibilité et de la qualification des ressources, et de l’écriture électronique.

23« Le monde selon Arcane » pose le corpus-ouvrage édité comme un contrat entre auteurs et lecteurs, matérialisé par un monde de connaissances, « Le monde de… [Bayle, par exemple] selon Arcane », intentionnellement composé par l’auteur et donné à explorer au lecteur. Les informations sont matérielles (« De quoi parle-t-il ? »), factuelles (« Qu’est-ce qu’on en sait ? »), ou subjectives (« Qu’est-ce qu’on en dit ? »).

24Il définit l’édition comme un processus coopératif sans fin, consistant à :

  • composer l’architecture du « monde » à éditer comme instance de la méta-architecture Arcane ;

  • créer les sujets d’intérêt du projet éditorial ;

  • enrichir ce monde par des documents multimédia et des relations, pour le décrire, le structurer, l’illustrer, l’interpréter et le représenter ;

  • le diffuser dans des échanges, avec des parcours de lecture adaptés aux lecteurs, et par la publication électronique ou papier de sous-ensembles cohérents d’informations.

2. Un modèle original de document multimédia

25Dans le système Arcane, un document est un flot informationnel multimédia, suite de caractères (texte), de cellules (tableau), de pixels (image), de sons et de vidéo. Son implémentation opérationnelle est une des originalités du système Arcane. Elle le définit comme un couple composé d’un « objet matériel inaltérable », le support multimédia du document, et d’un ensemble variable d’informations particulières, ses enrichissements :

document Arcane = support + ensemble d’enrichissements

26Le support modélise l’aspect objectif du document, sa composante matérielle inaltérable multimédia qui s’impose à tous les utilisateurs, lecteurs et rédacteurs : texte, image, son, vidéo, tableau. Les enrichissements sont des valeurs objectives ou subjectives que l’auteur ajoute explicitement et intentionnellement au document (annotation critique, étiquetage, documents complémentaires, etc. : voir section 3 ci-après), pour lui donner une structure, l’indexer, construire des représentations ou des interprétations, l’annoter, composer un environnement paratextuel, etc.

27La séparation effective du support et des enrichissements présente de nombreux avantages : elle permet de proposer à l’auteur un système d’écriture libre, de définir des procédures d’enrichissement « indépendantes » des médias, et d’implémenter un dispositif de balisage a posteriori, qui confère au système toute sa puissance d’échange, de publication et, d’une façon générale, de valorisation.

3. Une méta-architecture des données au cœur du système

28Comme le décrit le paradigme, Arcane définit quatre classes principales d’objets : les documents, les sujets, les relations, et les enrichissements. S’y ajoutent les constructeurs (composeurs, enrichisseurs, relateurs) pour instancier ces classes en les adaptant au projet éditorial, les styles de mise en forme, des outils de lecture-navigation, dossiers et parcours, et des utilitaires.

29Les « sujets » Arcane constituent les centres d’intérêt intentionnels de l’ouvrage, servant d’index et d’accès dans la base, organisés selon des types : personnes, ouvrages, documents, lieux, événements, institutions, ou encore notions, thèmes, concepts, etc. Chaque sujet est décrit par des métadonnées, les champs correspondant à son type, qui sont choisis et déterminés par l’éditeur, comme les types. Ils peuvent être expliqués, éclairés, illustrés par des documents : ses co-documents.

30Un document Arcane est un support multimédia enrichi, constituant une unité logique d’information pour l’auteur et le lecteur, facilement identifiable en langue. Pour des raisons pratiques, le support peut se décomposer en un nombre illimité de sections. Le document est doté d’un genre pour fixer la mise en forme et faciliter les recherches dans la base, d’un type pour lui associer des métadonnées, et d’un groupe d’accès pour déterminer les autorisations aux rédacteurs et aux lecteurs en matière de traitements ou de vues.

31Un enrichissement est une information logique attachée au support du document par une ancre à l’aide d’un enrichisseur, et contextualisée par des attributs. L’ancre, qui est une sélection dans un texte, une partie rectangulaire d’une image, une séquence dans un son ou une vidéo, est mise en forme en fonction des paramètres indiqués par l’enrichisseur ; selon les cas elle est activable, l’action étant fonction du type de l’enrichisseur et des attributs éventuels.

32Arcane distingue huit types d’enrichissements caractérisant chacun une fonction éditoriale :

  • l’étiquetage, qui consiste à poser sur l’ancre une étiquette prescrite par l’enrichisseur ;

  • l’étiquetage paragraphe pour les ancres qui sont des paragraphes ;

  • l’insertion multimédia d’une ressource interne ou externe dans un document ;

  • la division pour structurer le document et construire une table des matières ;

  • le lien explicite pour lier dynamiquement, éventuellement de manière réciproque, l’ancre à une cible ;

  • la co-documentation, généralisation de l’annotation, qui associe à l’ancre une nouvelle section d’un document spécialisé, propriété du document source ;

  • l’enrichissement relationnel, qui associe à l’ancre une relation pour faire une indexation combinatoire ou une interprétation formelle de l’ancre ;

  • enfin la documentation de sujet, dispositif en développement pour faciliter l’accès aux informations concernant un sujet.

33Les « relations » sont des combinaisons étiquetées de sujets, de valeurs, de documents, ou même de relations, définies par les relateurs. Elles sont utilisées pour formaliser une information en vue de traitements algorithmiques sophistiqués (requêtes, représentations) : indexation des documents, enregistrement de faits dans la base de données, structuration des sujets (hiérarchies, renvois, thésaurus).

34Le modèle sujets-relateurs peut être considéré comme une contribution à la problématique du « Web sémantique » puisqu’il vise lui aussi la formalisation opératoire de connaissances dans le but de les rendre partageables et transmissibles. Arcane peut ainsi apparaître comme un outil d’aide à la production d’ontologies permettant à des spécialistes de produire des concepts (les sujets) et leurs relations.

4. Un instrument d’étude et de recherche

35Arcane n’est pas seulement un instrument de production et de publication, mais aussi un instrument d’étude et d’analyse de corpus destiné aux chercheurs, leur proposant une panoplie d’outils ad hoc : recherche sophistiquée d’information dans le corpus, outils statistiques et lexicométriques, recherche dans les textes d’expressions régulières, de termes ou d’ensembles de termes comme les formes fléchies d’un lexème par exemple, représentations graphiques programmables, production de documents dynamiques multimédia, publications de travail, exportation vers d’autres systèmes d’informations.

5. Un instrument d’échange et de publication

36La grande aptitude d’Arcane à échanger des ressources dans divers formats présents et à venir, XML, TEI, SQL, TeX par exemple, est due à sa conception dans la technologie SGML, et au dispositif de balisage a posteriori qui permet de déterminer les balises au moment de l’échange, selon un style appliqué à la méta-architecture et aux enrichissements. Ce dispositif, associé à la convivialité naturelle de l’instrument, fait d’Arcane un système de balisage générique, souple et puissant.

37L’exportation balisée est conduite par un script pour le contenu et une feuille de style pour le balisage. Elle est utilisée pour pérenniser les données de la base, pour échanger des ressources avec d’autres systèmes d’information, et pour produire automatiquement les publications papier, par compilation d’un document exporté au format TeX, avec un style définissant les caractéristiques typographiques et de mise en page de l’ouvrage papier.

38La mise en ligne peut se faire automatiquement avec le module aWebServer, sans travail éditorial supplémentaire, ou par exportation vers un système de mise en ligne. Les sites <http://arcanews.univ-montp3.fr/​arcane> et <http://arcanews.univ-montp3.fr/​egodoc/​> sont des exemples de publications en ligne faites avec aWebServer.

39Notons enfin que l’implémentation de la technologie du Web-service permet au système Arcane de s’intégrer dans un réseau dynamique de corpus.

Édition des sources manuscrites avec Arcane

1. Inventaire de manuscrits

  • 2 Exemples d’inventaires réalisés avec Arcane : J. Häseler (Institut des Lumières, Potsdam), La Corre (...)

40Le premier type d’édition est l’inventaire de corpus de manuscrits, qui fait principalement appel aux fonctions de gestionnaire de fiches d’Arcane2. Chaque manuscrit est en effet enregistré comme sujet d’un unique type ou de types différents, selon que les manuscrits sont décrits ou non par les mêmes champs. Comme ceux-ci peuvent être eux-mêmes des sujets (auteur, destinataire, lieux, pièce, index thématique, etc.), le corpus peut rapidement prendre une forme hypergraphique très complexe, directement exploitable par l’utilisateur qui peut, par exemple, consulter instantanément dans la fiche d’un auteur, d’un thème, etc., la liste de tous les manuscrits liés à ce sujet par un champ.

41L’utilisateur peut également associer en propre à chaque manuscrit des documents multimédia Arcane, co-documenter le manuscrit dans la terminologie du paradigme : résumé, commentaire, historique, bibliographie, version(s) numérisée(s) etc. ; ces co-documents étant des documents Arcane, ils sont également enrichissables.

42La première valorisation possible est l’étude de l’inventaire, grâce aux nombreux outils mis à la disposition du chercheur que nous avons déjà évoqués.

43La mise en ligne de tout ou partie de l’inventaire est immédiate avec le module aWebServer ; avec un système de publication externe, elle se fait par exportation des sujets documentés au format XML, conduite par un script pour le contenu et une feuille de style pour le balisage.

44La publication papier se fait automatiquement par exportation d’un document au format TeX ; cette publication du corpus peut évidemment prendre différentes formes, puisqu’elle est conduite par un script : inventaire des manuscrits, inventaire par index thématique, par auteur, etc.

2. Édition critique

  • 3 Voir, par exemple, P.-Y. Beaurepaire et D. Taurisson, édition électronique du Journal du chevalier (...)

45Dans le système Arcane, l’édition critique est l’inventaire dans lequel on a versé les transcriptions enrichies et annotées, éventuellement leurs images numérisées, ainsi que les sujets utilisés pour l’indexation3.

46Chaque manuscrit peut ainsi être présent dans le corpus sous trois formes : un sujet avec ses champs descripteurs, la transcription sous forme d’un document textuel enrichi, l’image numérisée sous forme d’un document image éventuellement enrichi. Arcane permet d’encapsuler ces trois formes sujet-texte-image par des liens internes qui permettent de passer instantanément d’une forme à l’autre. Si, par ailleurs, on a pris soin de sectionner le texte en fonction des images, Arcane permet de synchroniser à la lecture les transcriptions avec les images numérisées.

  • 4 Exemple d’une édition critique conçue pour une publication papier : A. McKenna, Correspondance comp (...)

47La structuration du document (division, citation, signature) et l’étiquetage des séquences (titre, langue étrangère, glossaire, revoir), notamment pour la préparation à la publication papier4, se fait par des enrichissements, qui sont des procédures éditoriales logiques pour les auteurs, déterminées librement par le responsable de l’édition. Ces enrichissements sont utilisés par le système pour l’exportation balisée des documents.

48L’indexation intentionnelle se fait en liant une séquence du support à un sujet ou plusieurs sujets, soit par un attribut ad hoc d’un enrichissement, soit par un enrichissement relationnel. Comme dans le cas des champs, l’indexation participe à la structure hypergraphique du corpus, qui permet à l’utilisateur de consulter instantanément dans la fiche d’un sujet la liste des enrichissements qui le concernent. L’indexation permet également de construire automatiquement des index cumulatifs, regroupés ou non par type : index des personnes, des lieux, des ouvrages, etc.

49L’annotation se fait par un enrichissement co-documentaire : un co-document Arcane est attaché à la séquence sélectionnée, qui peut lui-même être enrichi et donc indexé, annoté. Les enrichisseurs étant prescrits par l’éditeur, Arcane autorise toutes sortes de co-documents, les annotations habituelles (notes explicatives, critiques, des auteurs), les notes de travail, les commentaires des collaborateurs ou des lecteurs, etc.

50Toutes les procédures d’étude de corpus déjà évoquées sont utilisables dans ce type d’édition.

51Les valorisations d’une édition critique sont celles d’un inventaire. Dans la publication papier, Arcane peut composer automatiquement toutes sortes de documents cumulatifs, glossaire et bibliographie par exemple. On pourra consulter le point de vue des auteurs de la Correspondance complète de Pierre Bayle, à l’adresse <http://arcanews.univ-montp3.fr/​arcane/​arc/​doc/​JA_CorrBayle/​>.

  • 5 AJAX : acronyme d’Asynchronous JavaScript and XML. C’est une méthodologie informatique qui consiste (...)

52Dans la mise en ligne par le module aWebServer, les documents sont pré-compilés au format HTML par une procédure d’exportation, ce qui permet au serveur une réponse rapide, tout en adaptant le document au contexte dans lequel il est consulté, notamment pour sa mise en forme par une feuille de style, ou pour répondre à des requêtes de type AJAX5.

3. Enrichissement des manuscrits

53Dans le système Arcane, un document image diffère d’un texte seulement par le média du support : le texte est une suite de caractères, une image un ensemble de pixels. Selon le choix de l’utilisateur, le support peut être enregistré dans la base de données (ce n’est pas recommandé), enregistré dans un document accessible pour être chargé dynamiquement par le système quand c’est nécessaire, ou même chargé depuis une bibliothèque d’images accessible par Intranet ou Internet. Ce mécanisme permet de travailler avec des versions légères des manuscrits, numérisations économiques par exemple, qui facilitent le travail éditorial surtout si on veut consulter plusieurs manuscrits simultanément, et de remplacer cette version légère par une version plus adaptée dans une publication : plus lourde pour une publication papier, dans un autre format pour une mise en ligne.

54Les procédures d’enrichissement sont rigoureusement identiques : la sélection d’une image, et donc l’ancre d’un enrichissement, étant définie comme une partie rectangulaire de cette image. L’éditeur peut ainsi enrichir une image exactement comme il enrichit un texte, ces enrichissements d’images étant, comme tous les enrichissements, enregistrés dans la base de données :

  • étiquetage attribué, en particulier pour isoler et fixer des attributs à une sélection d’un manuscrit (« illisible » par exemple) : la consultation de cet enrichissement dans une liste, dans un lien ou dans un document dynamique, provoquera automatiquement un zoom sur l’ancre ;

  • indexation intentionnelle pour associer une sélection à un sujet et consulter depuis la fiche du sujet toutes les occurrences graphiques de ce sujet ; cette procédure compense l’absence de concordancier pour les images ;

  • co-documentation, pour annoter, transcrire, commenter une sélection ; comme le co-document peut être lui-même une image, ce dispositif peut être utilisé pour détailler une sélection à l’aide d’une image plus dense, et simuler un zoom sur une image qui ne s’y prête pas ;

  • enrichissement relationnel, par exemple pour décrire formellement une sélection, ce qui permet par exemple de la retrouver grâce aux diverses procédures de recherche à partir des relations ;

  • lien explicite réciproque pour « synchroniser » une sélection textuelle et une sélection d’image ;

  • on utilise l’enrichissement d’insertion dans un texte pour insérer une image (figure, illustration, etc.) ; cette image peut provenir d’un document externe accessible, mais elle peut également être la section d’un document image, ou même l’ancre d’un enrichissement graphique. Dans tous les cas l’insertion se fait dynamiquement quand le système en a besoin, et c’est donc la version la plus récente de l’image qui est chargée.

55Les documents dynamiques donnent lieu par défaut à des textes illustrés, des « planches-contacts » ou même des diaporamas QuickTime. L’utilisateur peut également programmer ses propres traitements sur les images, puisque Arcane permet d’exécuter les commandes accessibles depuis le shell de Mac OS X ou le mode « lignes de commandes » de Windows, par exemple la commande convert du logiciel ImageMagick.

56La publication papier avec des images ne pose a priori pas de problème particulier, puisque le traitement d’image par TeX est très complet.

57Dans la publication en ligne avec aWebServer, la pré-compilation d’un document image transforme automatiquement les enrichissements en zones cliquables, sur le document chargé par le navigateur, avec les mêmes réactions que dans le système Arcane. On pourra en consulter un exemple sur la représentation graphique dynamique de la section « DiscussionsRussie » du document accessible à l’adresse <http://arcanews.univ-montp3.fr/​egodoc/​Arc/​doc/X-RecherchesJanv1775>.

Fig. 1. Page « DiscussionsRussie »
(http://arcanews.univ-montp3.fr/​egodoc/​Arc/​doc/​X-RecherchesJanv1775).

Fig. 1. Page « DiscussionsRussie » (http://arcanews.univ-montp3.fr/​egodoc/​Arc/​doc/​X-RecherchesJanv1775).

4. Valorisation

58Si la forme de valorisation la plus habituelle est la publication papier, en ligne ou par échanges, ce n’est pas la seule.

Atelier pédagogique

59Arcane est utilisé comme atelier logiciel expérimental à l’Université de Nice dans un master d’histoire moderne sous la direction de Pierre-Yves Beaurepaire, et à celle de Caen, en Licence et Master d’histoire moderne, sous la direction de Stéphane Haffemayer :
<http://arcanews.univ-montp3.fr/​arcane/​arc/​doc/​DSHaffemayer/​>.

60À partir d’un corpus d’archives textuelles et numérisées, transcrites ou non, les étudiants sont invités à poursuivre l’édition et l’enrichissement des documents, à verser de nouveaux sujets, documents et relations, ainsi qu’à rédiger un mémoire sur une étude proposée par l’enseignant.

Parcours

61Un parcours intentionnel de lecture est un montage multimédia composé d’une suite de vues Arcane, organisées par un scénario écrit intentionnellement pour le lecteur : découverte du corpus, exposé d’une problématique, parcours pédagogique, parcours iconographique, etc. Il est exécuté manuellement par le lecteur qui passe d’une vue à l’autre à son propre rythme, en continuant à avoir accès au corpus, ou bien projeté automatiquement par un automate suivant les directives du scénario. Le premier parcours expérimental a été projeté le 2 octobre 1999 à la Sorbonne, devant la Société des amis de Port-Royal, pour la présentation du Dictionnaire de Port-Royal.

62Il est facile d’imaginer l’utilité de telles réalisations intellectuelles et pratiques comme exercices de lecture électronique raisonnée d’un corpus mis à la disposition d’élèves ou d’étudiants par des chercheurs.

63L’expérience accumulée par les utilisateurs au cours de ces dix dernières années a été l’occasion d’éprouver l’efficacité et l’adaptabilité du paradigme « le monde selon Arcane », fondement conceptuel du système ; elle a en même temps permis d’adapter l’instrument aux besoins effectifs de production scientifique des auteurs, et même si tout son potentiel n’a pas encore pu être complètement exploré et testé, notamment l’enrichissement de media sonores ou vidéo, faute de projets éditoriaux, Arcane reste à notre connaissance un des systèmes intentionnels d’écriture électronique de référence.

64Cette expérience a également servi à penser la seconde phase du programme de recherche Arcane ; notre équipe se concentre particulièrement aujourd’hui sur la problématique des réseaux de corpus, qui permet à l’auteur ou au lecteur de l’un de ces mondes de connaissances d’interroger dynamiquement les autres ; l’objectif visé est évidemment de favoriser le travail coopératif et la mutualisation des ressources, sans avoir besoin de faire appel à des technologies lourdes et contraignantes. Il s’agit également de contribuer à la réflexion sur l’économie de l’édition, en proposant un nouveau mode de valorisation, complémentaire de la publication sur papier et en ligne ; et malgré nos moyens limités, nous espérons des résultats opérationnels pour cette année.

Haut de page

Notes

1 En complément de cet article, on peut consulter en ligne sur le site de la MSH-Alpes un diaporama réalisé par É.-O. Lochard : <http://www.msh-alpes.prd.fr/Actualites/Manuscrits.htm>.

2 Exemples d’inventaires réalisés avec Arcane : J. Häseler (Institut des Lumières, Potsdam), La Correspondance de Jean Henri Samuel Formey (1711-1797) : inventaire alphabétique, Champion, 2003 ; M.-C. Pitassi (Institut de la Réformation de Genève), Inventaire critique de la correspondance de Jean-Alphonse Turrettini, Champion (à paraître en 6 volumes à partir de 2008). Est actuellement en cours de réalisation un Répertoire scientifique des anciennes abbayes cisterciennes fondées en Europe des origines à la fin de l’ancien régime, par le Centre européen de recherches sur les congrégations et ordres religieux (CERCOR-LEM, CNRS éditions), à paraître (2008).

3 Voir, par exemple, P.-Y. Beaurepaire et D. Taurisson, édition électronique du Journal du chevalier Marie Daniel Bourrée de Corberon, <http://arcanews.univ-montp3.fr/egodoc/> ; S. Haffemayer (CRHQ Université de Caen), Édition, pouvoirs et opinion publique à l’époque moderne, 2007 (il s’agit d’un site permettant la consultation et l’analyse de la presse d’Ancien Régime : manuscrits des gazettes enrichis de leurs transcriptions) ; C. Prunier, Correspondance de la Mission catholique d’écosse 1730-1829 (25 000 lettres manuscrites pour étudier le réseau de la minorité catholique écossaise en Europe).

4 Exemple d’une édition critique conçue pour une publication papier : A. McKenna, Correspondance complète de Pierre Bayle, 5 volumes parus, Oxford, Voltaire Foundation, 2001, 2004, 2005.

5 AJAX : acronyme d’Asynchronous JavaScript and XML. C’est une méthodologie informatique qui consiste pour le navigateur à composer la page à partir d’informations demandées au serveur, plutôt que d’afficher des pages composées par le serveur, comme c’est le cas habituellement. Voir par exemple : <http://fr.wikipedia.org/wiki/Asynchronous_JavaScript_And_XML>.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Page « DiscussionsRussie » (http://arcanews.univ-montp3.fr/​egodoc/​Arc/​doc/​X-RecherchesJanv1775).
URL http://recherchestravaux.revues.org/docannexe/image/92/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric-Olivier Lochard, « L’édition de manuscrits au prisme du paradigme instrumental Arcane », Recherches & Travaux, 72 | 2008, 83-95.

Référence électronique

Éric-Olivier Lochard, « L’édition de manuscrits au prisme du paradigme instrumental Arcane », Recherches & Travaux [En ligne], 72 | 2008, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 28 juin 2017. URL : http://recherchestravaux.revues.org/92

Haut de page

Auteur

Éric-Olivier Lochard

Université Paul-Valéry Montpellier-III

Haut de page

Droits d’auteur

© Recherches & Travaux

Haut de page
  • Revues.org