Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Poète spectateur, poète filmeur, cinéaste poète

Le marcheur et son ombre1

Jacques Laurans
p. 161-165

Texte intégral

  • 1 D’après Le Marcheur, film documentaire en forme d’autoportrait de J.-N. Cristiani (28 min, 2009), P (...)

Souvent je marche. Le balancement me donne l’impression d’avancer en sommeillant. Ma tête se vide des choses inutiles. Le chemin me guide.
Jean-Noël Cristiani

1Avec Le Marcheur, de Jean-Noël Cristiani, d’emblée une question se pose ; et s’impose. De quelle manière, et sous quelle forme de projection, le personnage du marcheur peut-il apparaître sur l’écran dans la mesure où il est lui-même le cinéaste seul, filmant simultanément les paysages qu’il traverse et le propre mouvement de sa marche ? Partant de cette remarque préalable, une voie nous permettra peut-être d’aborder ce très beau document personnel qu’il ne faut pas confondre avec un Journal de voyage ordinaire. Car, ici, la partie centrale de ce récit, son réel objet, qui certes ne peut tout absorber au moment du tournage — notamment les mots et la musique de la bande-son —, ne se développe pas après coup, mais dans le temps même de la marche et de ses effets immédiats. C’est là une différence capitale qui ne doit pas nous échapper.

2Dans Le Marcheur, marcher et filmer ne font qu’un. L’un comme l’autre tendent à se confondre dans un même geste, et au rythme d’une seule et même action. Ils se soutiennent l’un l’autre.

3Le plus souvent, le marcheur apparaît à une certaine distance ; il ne montre jamais son visage.

4Premier plan : un chemin plat et ensoleillé ; droit et sec, bien cadré dans l’axe.

5Le marcheur survient, vu de dos. Il est en marche. Il s’éloigne.

6Au bas de l’écran, une fourmi noire, sûre de son trajet, prend une autre direction.

7Dès cette première image, quelque chose ici s’annonce, ou se présente. Il semble que le marcheur, sa personne même, doive toujours nous échapper un peu.

8Un lointain souvenir de cinéma, qui est aussi un souvenir d’enfance, revient avec « L’éruption d’un volcan dans la nuit africaine ». N’est-ce pas déjà un thème de l’ailleurs et de la solitude propre à l’activité d’un marcheur ?

9Il est bien entendu que le marcheur est aussi un filmeur et, d’une certaine façon, par la vue et le regard, nous restons toujours à ses côtés ; nous suivons son ombre portée sur le sol ou le bord du chemin. L’un ne se détachant que rarement de l’autre.

10Nombreuses façons de montrer à quoi ressemble une marche en solitaire.

11Ainsi, lorsque le marcheur fait une halte. Vue d’ensemble, et à grande échelle, sur des paysages de mer ou de montagne. Ici, à l’arrêt le marcheur n’est plus qu’un œil ébloui par la splendeur de la nature.

12D’autres fois, et à l’inverse, notre mesure humaine se retrouve dans les limites d’un cadre de porte ou d’une fenêtre.

13À toutes les étapes de son cheminement, le marcheur filme ce qu’il est à travers ce qu’il voit. Ainsi, le corps du marcheur — la partie la plus sensible qui le concerne, ses pieds, ses jambes — ne peut apparaître que directement lié à l’épreuve de sa marche.

14Traversée d’une forêt de nature tropicale. Le marcheur, d’abord vu de dos, puis s’avançant vers nous à une certaine distance, avant que sa silhouette ne disparaisse peu à peu dans l’ombre.

15Mais en quel lieu, en quel pays nous trouvons-nous exactement ? Plusieurs espèces d’oiseaux chantent gaiement dans la haute futaie.

16Plan fixe à l’intérieur d’un refuge plongé dans l’ombre.

17Un splendide paysage d’hiver, en haute montagne, se découvre dans l’ouverture de la porte d’entrée ; véritable ouvrage de peintre. William Turner n’est pas très loin. Puis réminiscence d’une lointaine vision d’enfance inspirée par la glace et le froid.

18Maintenant, c’est la nuit. Silence. À l’intérieur, il y a une petite table avec quelques objets divers et deux ou trois pommes. Et aussi, le point blanc, brillant, d’une veilleuse.

19Les chaussures du marcheur sèchent devant un feu.

20Beau temps. Sentiment de douceur, d’un grand bien-être. Peut-être est-ce le lendemain matin ? Peu importe, puisque l’espace et le temps sont sans cesse recomposés.

21Le marcheur remplit sa gourde à une source d’eau fraîche. Ici, le marcheur relate un vieux souvenir lié à son histoire, et à sa passion : « Je vends le billet de train qui me ramène d’Autriche et rentre à pied chez moi. J’ai quinze ans. Première nuit à la belle étoile dans la montagne. »

22Séquence très claire, lumineuse. Le pas du marcheur s’accélère. Le soleil projette sur le côté son ombre noire, presque démesurée. Majesté d’un paysage de montagne aux couleurs nettes et franches. Profondeur du ciel bleu au-dessus des sommets (accompagnement musical : on entend La Barchetta de Reynaldo Hahn, enregistrée en 1909).

23Moment de détente. Pieds nus, allongé dans l’herbe, le marcheur se repose.

24Quelques objets sortis du sac ; on distingue en particulier une serviette blanche, très blanche, qui sèche sur un épais buisson. Ce plan me fait songer à une peinture de nature morte.

25Vue d’un paysage de campagne saisi dans une lumière de fin d’après-midi. Ballet, bruissement de milliers d’insectes volant dans une atmosphère qui semble encore chaude. Puis l’ombre du marcheur se dessinant sur un fond de verdure.

26Certaines séquences, reliées au passé, ou bien à un souvenir d’enfance, sont elles-mêmes nécessairement habitées par la présence des images. Dans le cours du film, deux grands hommes de cinéma sont évoqués avec ferveur — Jean Rouch et Henri Langlois — pour la place singulière et remarquable qu’ils auront tenue dans la vocation du cinéaste.

27Temps de pose et d’abandon au monde. Vues lointaines du ciel et de la mer confondues dans un seul et même espace. J’ai aussitôt pensé à l’œuvre du peintre Olivier Debré.

28Quelquefois, le chemin n’est plus que matière. Il n’y a plus de voie ni aucun tracé. Voici une plage incrustée de galets et de coquillages. L’ombre du marcheur glisse sur le sable humide. On entend le roulement des vagues, le bruit de la mer toute proche.

29Jour de pluie. Est-ce les premières heures du jour ? Le marcheur est allongé dans son duvet, sous un toit de fortune. Sans doute a-t-il passé la nuit dans cet abri précaire composé de simples plaques de tôle.

30Puis, un sentier de montagne étroit. On aperçoit plusieurs sommets couverts de neige. Magie du cinéma et de l’art du montage. Il a suffi d’une nuit de sommeil pour passer allègrement d’un paysage à un autre, peut-être même d’un pays à un autre. Ici, dans une région de haute altitude, le pas du marcheur se fait plus difficile et plus lent. De petits cailloux s’accrochent peut-être aux crampons de ses semelles.

31Avons-nous encore changé de lieu, de région, de pays ?

32Jour de mauvais temps. Vent violent. Le marcheur se déplace encore plus lentement dans la neige. Son ombre grise, presque pâle, se découpe sur un fond parfaitement blanc. Puis soudain, c’est la chute. Tomber fait partie de l’épreuve, et peut-être aussi du sens de la marche.

33La pluie, le froid, et aussi la fatigue. Puis, de nouveau la neige, en grande quantité. Lente progression du marcheur sur un chemin délicat. Le soir, il « dort sur le tapis du salon d’une vieille dame ».

34Le sac du marcheur. Description précise et détaillée de son contenu : vêtements, objets divers, outillage, nourriture et pharmacie.

35Traversée d’une forêt dense et très sombre. Les fûts noirs de très hauts arbres se détachent sur un fond clair. (Il faut simplement rendre compte de toutes sortes de choses — grandes et petites — qui participent à la vie et à l’expérience du marcheur ; des choses parfois communes, propres à chacun — rendues à échelle humaine — jusqu’à l’indescriptible beauté du ciel et des paysages.

36Jour de brume. Marche au ralenti au bord d’un lac ou d’un étang. Curieuse impression de perte ou d’égarement. Avec le sentiment d’avoir atteint une extrémité, quelque chose comme le bout du monde.

37Nouvelles images au cœur de la nuit.

38Le marcheur se retrouve sur une route carrossable, allant d’un pas vif et soutenu. Ce n’est plus la marche libre et ouverte en pleine nature. Des voitures passent, le frôlent, l’éclairent sur son passage. Puis, sans transition, une nouvelle nuit à la belle étoile. Avec, au premier plan, la petite veilleuse blanche qui résiste à la nuit noire.

39Jour de soleil. Beau temps de saison. Est-ce le printemps ?

40L’ombre du marcheur caresse le bord d’un muret.

41Le marcheur n’est à l’abri de rien. Une fois, au Kenya, on lui vole ses chaussures. Alors, sans impatience, il attend, il espère. Trois jours plus tard, il les retrouve aux pieds de son voleur qui, semble-t-il, les lui rend volontiers.

42Vers un sommet de haute montagne (un col s’élevant à 5 600 mètres).

43Le marcheur avance prudemment dans une neige dure, épaisse. À chaque pas, il doit s’arracher au poids de cette matière, et au froid.

44Traces de pas dans la neige.

45Traces éphémères destinées à fondre, à s’effacer.

46Le marcheur ne fait que passer. Son ombre ne s’imprime pas dans les choses. Elle n’est que la projection en surface d’un corps en mouvement. Corps en avant, corps en action du marcheur. À la fin du film, comme une prière, il nous confie simplement : « Le matin, je remercie le lieu où j’ai dormi. Je ne laisse aucune trace. Je passe. »

Haut de page

Notes

1 D’après Le Marcheur, film documentaire en forme d’autoportrait de J.-N. Cristiani (28 min, 2009), POM Films – YUMI Productions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Laurans, « Le marcheur et son ombre », Recherches & Travaux, 84 | 2014, 161-165.

Référence électronique

Jacques Laurans, « Le marcheur et son ombre », Recherches & Travaux [En ligne], 84 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 30 mai 2017. URL : http://recherchestravaux.revues.org/691

Haut de page

Auteur

Jacques Laurans

Poète, essayiste

Haut de page

Droits d’auteur

© Recherches & Travaux

Haut de page
  • Revues.org