Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Vienne 1809 : Stendhal « européen »

Beyle et Haydn

Francis Claudon
p. 99-112

Texte intégral

1Notre vision du séjour d’Henri Beyle à Vienne en 1809 souffre d’une double déformation.

  • 1 De son vrai nom Babette Rothe, actrice du Theater an der Wien, Voir M. Naumann, Stendhals Deutschla (...)

Nous avons tendance, par exemple, à en faire un voyage sentimental où le soupirant de la comtesse Palfy aurait surtout rêvassé à l’amour, à Mozart, en promenant sa dame des collines boisées de la forêt viennoise (Wiener Wald ) aux soirées d’opéra du Theater an der Wien. Pourtant notre Céladon avait une maîtresse – Babet – bien vivante, et pas si énigmatique1.

2En second lieu, obsédés que nous sommes par la question des plagiats, par les démêlés postérieurs avec Carpani nous minorons les Vies ; surtout, nous occultons le vrai visage de Haydn, nous l’embaumons, en quelque sorte, en compagnie de Mozart et de Métastase, morts bien auparavant, dont les personnalités artistiques ne souffraient plus du tout de méconnaissance ou de contestation intellectuelles en ce début du xixe siècle. Or, non seulement Haydn est mort pendant l’occupation française à Vienne, mais encore il a été mêlé, de par sa stature artistique déjà, de par sa carrière austro-hongroise ensuite, au mouvement général de la politique, aux questions d’indépendance nationale. Certes Beyle, à quelques semaines près, n’a pas pu rencontrer Haydn, pourtant ce dernier était pour notre auteur une personne humaine, vivante, voire familière. C’est l’avantage du séjour de 1809 d’avoir fourni une matière toute frémissante à celui qui devait, sous le pseudonyme de Bombet, commencer sa carrière d’auteur et ses publications en risquant une Vie de Haydn.

  • 2 Stendhal, Vies de Haydn, Mozart et Metastase, dans Œuvres complètes, t. XLI, préface de R. Rolland, (...)
  • 3 Stendhal, Lives of Haydn, Mozart et Metastasio, trad. de R. N. Coe, Londres, Calder, 1972.
  • 4 Stendhal, L’Âme et la musique ( Vies de Haydn, Mozart et Métastase, Vie de Rossini, Notes d’un dile (...)
  • 5 Joseph Haydn, Autobiographie, premières biographies [G. A. Griesinger, A. Chr. Dies, N. É. Framery, (...)
  • 6 Phänomen Haydn, 1732-1809, Eisenstadt, Schloss Esterhazy, Management, 2009 ; Haydn’s Last Years, Vi (...)
  • 7 G. Carpani, Haydn. Sein Leben, traduction de B. Fürstenauer, avec une préface de N. Harnoncourt, Sa (...)

3Malheureusement le problème demeure assez complexe ; certes nous n’en sommes plus à défendre ou excuser Beyle d’avoir plagié, mais la question n’est pas seulement unilatéralement stendhalienne. Il reste à apprécier la place de Haydn, musicien peu tourné vers le théâtre, dans la vie intellectuelle du début du xixe siècle. Stendhal, comme Carpani d’ailleurs, doivent être replacés dans un flux de publications et de recherches diverses. Depuis Daniel Muller et Romain Rolland2, le dossier du procès s’est épaissi. Il y a eu les éditions de Richard Coe3, de Suzel Esquier4, on a assisté surtout à une réappréciation musicale et musicologique de Haydn. En cette année du bicentenaire de la mort du compositeur, il faut rappeler les recherches récentes de Marc Vignal, les nécrologies de Griesinger, de Dies5. En Autriche, deux expositions ont été consacrées au grand musicien ; la première, à Eisenstadt, au Burgenland (ou Hongrie autrichienne), dans la capitale des princes Esterhazy, insiste sur la place centrale, le rôle de carrefour, le goût du crossover de Haydn6 ; la seconde, à Vienne dans l’ultime demeure du faubourg de Gumpendorf, retrace le courant d’opinion de l’époque ; or cette opinion européenne était enthousiaste de Haydn, beaucoup plus que ce qu’avait connu Mozart, beaucoup plus que ce qui s’est passé du vivant de Beethoven. Le maestro Harnoncourt n’hésite pas à dire que les Haydine de Carpani, qu’on vient de retraduire en allemand, sont le meilleur accès à la compréhension de ce monument de la musique occidentale moderne7. Alors, Bombet avait-il tort ? Beyle n’avait-il pas le sens de l’histoire ? Quelle idée de se braquer sur un plagiat, comme si tous les journalistes, toujours, ne s’inspiraient pas mutuellement. Et quelle myopie de ne pas ressusciter ce courant d’enthousiasme général du temps passé. Carpani a eu des rivaux, il n’ignorait pas ses devanciers germanophones. Quelle image avait-on, à l’époque, du phénomène Haydn ? Et peut-on parler d’une influence de Haydn, sinon de sa Vie, sur la formation des idées d’un Stendhal qui n’existe pas encore ? Telles sont quelques-unes des questions que cet anniversaire fait remonter au premier plan.

4Pour retrouver ces conditions et étayer ce point de vue, il convient de retracer un peu les circonstances concrètes de la guerre et l’occupation à Vienne en 1809, d’y remettre Haydn en scène pour pouvoir ensuite relire, avec le relief et la vivacité qui s’imposent, non seulement certains passages de la Vie mais aussi bien d’autres petites notations éparses dans l’ensemble des écrits stendhaliens.

La Grande Armée à Vienne

5Au moment où Napoléon Bonaparte entraîne, pour la seconde fois, les armées françaises à Vienne (du 10 au 12 mai 1809) tout un cortège civil, intéressant, intéressé, l’accompagne. Et beaucoup de ces accompagnateurs se trouvent liés à Beyle d’une manière ou d’une autre. Il n’est pas indifférent de confronter leurs impressions aux souvenirs de notre auteur, dans la mesure, surtout, où elles touchent de près ou de loin l’histoire de Haydn.

  • 8 Lettre à Pauline Périer-Lagrange, du 25 juillet 1809, Correspondance, t. I, Gallimard, coll. « Bibl (...)

6Par exemple, il y a Maret, duc de Bassano, peut-être le maréchal Soult, et le réquisitionnaire en chef, Vivant Denon, directeur du Musée impérial ; ce n’est pas encore le supérieur hiérarchique de Beyle, mais c’est lui qui entraîne le commissaire des guerres aux funérailles de Haydn, dans l’église du couvent des Écossais, (le Schottenstift ), sur la Freyung, deux versions de l’événement existent8, elles se corroborent :

  • 9 Œuvres intimes, t. II, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1982, p. 971.

Pour se consoler du malheur de vendre ses chevaux, M. Darlincourt fit la vie de Haydn, Mozart et Metastase ; il avait réellement assisté au convoi de Haydn, à Vienne, en mai 1809. Il y fut conduit par M. Denon9

7Pourquoi Vivant Denon et tant d’officiels français se sont-ils rendus là ? Lui-même membre de l’Institut de France, Denon entendait sans doute rendre hommage à un confrère, à l’artiste qui avait été nommé, dès la fin de la Révolution, le 26 décembre 1801, membre de cette même compagnie :

A M. Haydn, célèbre compositeur de musique à Vienne,

  • 10 M. Vignal, ouvr. cité, p. 253.

Monsieur, l’Institut National des sciences et des arts, dans sa séance générale de ce jour vient de vous être associé étranger, pour la classe de Littérature et Beaux-Arts10.

8Il n’y avait là-dedans quasi certainement rien de spontané ; au contraire, il s’agissait d’un geste de propagande, d’une courtoisie calculée. Les réalités autrichiennes internes n’étaient nullement oubliées dans le comportement quotidien des Français. Ces derniers avaient déjà lancé cette opération de charme au moment d’Austerlitz, plus exactement le 20 juin 1805

  • 11 Ibid.

Je désirerais, Monsieur, que vous prissiez assez d’intérêt à la classe des Beaux-Arts de l’Institut de France pour lui faire part de vos savantes observations sur l’art que vous professez avec tant de gloire en Europe11.

  • 12 Stendhal le cite dans De l’Amour.
  • 13 Ch.-L. Cadet de Gassicourt, Voyage en Autriche, en Moravie et en Bavière, L’Huilier, 1818, p. 309.

9Nous saisissons ensuite l’ambiance de cette seconde campagne grâce au témoignage d’un autre voyageur, le pharmacien Cadet de Gassicourt, employé dans les services de santé de la Grande Armée. Son Voyage en Autriche, en Moravie et en Bavière fournit un intéressant tableau des curiosités de la vie viennoise12. Daru y paraît 13 ; on peut estimer que Beyle y figure aussi, anonymement. Par exemple, au hasard d’un relais de poste, lorsque les voitures de tout ce petit monde fort dégourdi se rencontrent pour un soir :

  • 14 Ouvr. cité, p. 325.

nous étions réunis à deux secrétaires du cabinet de l’Empereur, au payeur de la Couronne et au Préfet du Palais ; nous fîmes gaîment un grand lit de paille, pour nous coucher tous ensemble, sans quitter nos uniformes, bien persuadés que le lendemain serait marqué par quelque grand événement 14

  • 15 Ibid., p. 165.

10Le texte de Cadet nous détaille les monuments les plus remarquables, ceux dont Beyle – ou Denon – ne parlent pas ou ne veulent pas parler ; ainsi notre pharmacien admire les statues qui parsèment la ville, en particulier celle de Joseph II, devant la Bibliothèque impériale et royale15 ; il visite consciencieusement les églises, la cathédrale Saint-Étienne évidemment, les sanctuaires baroques de Saint-Pierre, de Saint-Charles Borromée, Saint-Michel, église paroissiale de la Cour ; chez les augustins (précisément là où Marie-Louise va épouser Napoléon un an plus tard), il s’extasie devant une magnifique réalisation de Canova :

  • 16 Ibid., p. 168.

Le mausolée de Christine, duchesse d’Albert, est un chef-d’œuvre de Canova. Je suis allé dix fois pour le voir et chaque fois il m’a fait un plaisir nouveau. Nous ne possédons rien en France qui puisse lui être comparé […] On ne peut s’imaginer que ces belles figures qui s’acheminent tristement vers cette pyramide égyptienne, dont la porte ouverte laisse entrevoir le sépulcre de la duchesse, soient des figures allégoriques. Leur mélancolie est si vraie leurs attitudes si naturelles qu’on les prend pour les enfants, pour les sœurs de Christine. Ce génie étendu qui pleure sur un lion consterné est si beau qu’on lui pardonne d’être là16.

  • 17 Stendhal, Œuvres intimes, ouvr. cité, t. I, p. 1050.
  • 18 Stendhal, Correspondance, t. I, ouvr. cité, p. 567, et Journal des 9 mai, 10 juin 1810, 27 septembr (...)

11Je ferai remarquer, en passant, que le journal de Félix Faure, venu voir son ami Beyle, comporte la même remarque : « Je n’ai encore vu que l’admirable mausolée de Marie-Christine (de Canova). Je le suis allé visiter tous les jours  17. » Cependant Denon, dans ses lettres à Bettine, ne parle pas de ce mausolée ; Beyle, pour sa part, n’évoque le nom de Canova qu’à partir de 181018… Quelle en est l’explication ? Comment se fait-il que ni Beyle ni Denon n’aient compris dès ce moment la nouveauté de l’artiste ?

12De même pour le château de Laxenburg. Cadet, pour sa part, éprouvait en visitant ce domaine très intéressant des sentiments romantiques :

  • 19 Ouvr. cité, p. 332.

un bosquet plus considérable et fort curieux est celui des ruines. Autour d’un bassin en partie dégradé sont les restes d’un temple et d’un aqueduc, des colonnes tronquées, des statues brisées, des tombeaux, des bas-reliefs, des vases mutilés. Plusieurs inscriptions latines et la mousse qui couvre en partie de ces débris, leur donnent l’aspect de fragments antiques19

  • 20 Ibid., p. 192-193.

13Beyle y est passé, mais sa lettre à Pauline du 25 juillet 1809 donne peu d’explications sur ce haut lieu artistique. On se demande s’il a compris l’originalité du Franzensburg, qui est un des premiers exemples du gothic revival 20 ; la chambre de tortures, la salle des chevaliers, la galerie des empereurs du Saint-Empire, font de ce castel fantaisiste et fantastique, entouré d’eaux et de frondaisons, une promenade délicieuse, précisément en ces chaudes journées de juin 1809 :

  • 21 Ouvr. cité, p. 334.

c’est là, dit-on, et sur les bords de la route que, pendant l’été, l’Empereur et les Archiducs se plaisent à dîner au milieu des bons bourgeois de Laxenbourg, n’ayant pour défense que quatre ou cinq gardes chasse. Aimable confiance qui fait l’éloge des princes et du peuple21

  • 22 Voir Fr. Claudon, « Diplomates, espions ou réquisitionnaires ? Les Français à Vienne », dans Vivant (...)

14Il faut préciser que Laxenburg se trouve au bord de la route qui mène à Eisenstadt, la capitale des princes Esterhazy, dont Haydn a si longtemps été le maître de chapelle. Or ce contexte appelle quelques explications supplémentaires22.

15Lorsque les armées françaises entrent à Vienne en mai 1809, elles s’emparent des imprimeries et des moyens d’information. La Wiener Zeitung, par exemple, était ainsi devenue un journal d’occupation, reproduisant en allemand les bulletins de la Grande Armée. Pour faire pièce à cette propagande, le gouvernement autrichien replié à Olmütz (aujourd’hui Olomouc en République Tchèque) fonde l’Österreichische Zeitung. La rédaction est dirigée par Friedrich Schlegel, l’ami et le compagnon de voyage de Madame de Staël ; l’impression est réalisée sur des presses militaires confiées, comme la censure, à l’autorité directe du généralissime, l’archiduc Charles, et installées en Hongrie du côté de Pressburg (Pozsony/Bratislava). Ceci explique, au moins en partie, les opérations militaires qui s’étendent en Hongrie, jusqu’à Raab (Györ). La presse de guerre autrichienne insistait beaucoup sur les dégâts et pillages occasionnés par la France. Par exemple, on lit dans le no 3 en date du 1er juin, un article sur le comportement scandaleux des Français vis-à-vis des propriétaires hongrois. Un noble nommé Feyks les a reçus courtoisement, leur a livré les réquisitions demandées ; mais en retour, « Zur Erwiderung ward er ausgeplündert und seine Gestüte hinweggeführt » (« il a été complètement pillé et ses chevaux lui ont été enlevés »). Denon n’a-t-il pas cherché en même temps les tableaux du Musée impérial cachés effectivement par là ? Comme Vienne, Presbourg également a été bombardée, ainsi que le dénonce avec véhémence le troisième numéro de l’Österreichische Zeitung.

16Un autre article, encore plus piquant, dans le numéro du 13 août 1809, ironise sur les intrigues françaises visant à débaucher les Magyars, loyaux sujets de l’empereur François. Schlegel se moque de la sottise des agents français qui méconnaissent le patriotisme hongrois : « mit einer grossen Unkenntnis der edlen ungarischen Nation » ; car le résultat est tout le contraire de ce qui était visé, « noch ein Sporn mehr zur Anstrengung aller Kräfte der Nation gegen den gemeinschaftlichen Feind gewesen sein » (« encore une incitation supplémentaire pour le rassemblement de toutes les forces de la nation contre l’ennemi commun »). Henri Beyle a été l’un de ces agents d’influence, comme il l’avoue dans la lettre à Pauline du 25 juillet :

  • 23 Correspondance, ouvr. cité, p. 536.

Dernièrement j’ai été chargé d’une mission en Hongrie ; je me suis promis en sortant de Vienne de ne plus songer pendant vingt-quatre heures à ce qu’il renfermait23 

17Quel est vraiment, pour Beyle, l’intérêt d’avoir assisté au service de la Schottenkirche sinon de frapper, avec d’autres civils, l’opinion viennoise, de jauger l’importance sociale, artistique, politique des Esterhazy, de souligner le caractère international de l’artiste ?

Haydn et les Français

  • 24 Voir M. Vignal, ouvr. cité, p. 727.

18D’abord, par la situation de son quartier, la paroisse de Maria-Hilf (Marie-Auxiliatrice, fort bien nommée en l’occurrence), Haydn s’est trouvé littéralement en première ligne. La maison située aujourd’hui dans la Haydngasse, jadis appelée Steingasse, à quelques mètres du boulevard circulaire (le Gürtel ) se situait aux avant-postes autrichiens. Lorsque commence le bombardement français, le 10 mai, c’est d’abord cette position qui est visée. Des boulets tombent sur ce petit quartier jusqu’alors si calme et causent quelques dommages à l’habitation24.

  • 25 « Enfants, qu’avez-vous à craindre ? Là ou se tient Haydn, aucune catastrophe ne peut se produire » (...)

19Alors, suivant tous les chroniqueurs, le compositeur sort de sa torpeur. Il raffermit le courage de ses familiers. Bombet ne parle pas de ce détail, mais Dies suivi par Carpani, cite une phrase qu’aurait prononcée Haydn25. Le vieux musicien joue sans arrêt l’hymne impérial, Gott erhalte unseren Kaiser Franz, composé par lui-même d’après un lied populaire quelques années auparavant. On a parlé de sénilité, mais en réalité cela semble plutôt une manifestation de patriotisme et de loyalisme, comparable à celle de Friedrich Schlegel avec son Österreichische Zeitung.

  • 26 M. Vignal, ibid., p. 730.
  • 27 Vie de Haydn, ouvr. cité, lettre XIX, p. 126.
  • 28 Œuvres intimes, ouvr. cité, t. I, p. 673.
  • 29 Voir la note intéressante de V. Del Litto : « Grand concert vocal et instrumental donné le 21 avril (...)

20Quand cessent les bombardements, l’occupation commence. Les Français dispensent Haydn de l’obligation de loger un militaire. Elssler, le copiste-secrétaire de Haydn, exagère, peut-être, en parlant de deux grenadiers qui se seraient trouvés en faction à la porte de la maison. En revanche, il est avéré qu’un officier de hussards, le capitaine Clément Sulemy26, se présente le 25 mai chez le compositeur ; pour lui témoigner son admiration, il lui chante un air de La Création dans sa traduction italienne. Or cette traduction est tout simplement l’œuvre de Giuseppe Carpani… À vrai dire quel Français ignore que c’est un soir de décembre 1800, pour la première interprétation parisienne de cet oratorio, à laquelle assistait Bonaparte, que se produit l’attentat de la rue Saint-Nicaise, avec la machine infernale de Cadoudal ? Bombet rappelle le fait27, comme Carpani et Dies. Le jeune Beyle n’assistait pas à cette première audition, mais il a entendu la reprise de l’œuvre, en avril 181128, au cours d’un concert dans lequel chantait sa maîtresse Angéline Bereyter : « La bonne musique me fait penser à mes torts. Hier je voyais, pendant la Création ce que je dois […] à beaucoup de gens29. » On peut rêver un peu. Je me demande si Babet Rothe n’avait pas la même voix et n’aurait pas chanté le même répertoire qu’Angéline.

  • 30 J. Mongrédien, La Musique en France des Lumières au Romantisme, Flammarion, 1986, p. 307-330.
  • 31 J. Fr. Reichardt, Vertraute Briefe, Amsterdam, 1810 ; le même a écrit Vertraute Briefe aus Paris (U (...)
  • 32 On les retrouve cités et présentés par M. Vignal, ouvr. cité, p. 52.

21En tout cas, la réception de Haydn en France a été un phénomène de première importance. Jean Mongrédien a brillamment expliqué les phases de cette opération30. Mais il faut insister également sur Johann Friedrich Reichardt 31, l’ami du général Moreau et aussi sur deux Français, Nicolas-Étienne Framery, compositeur, collectionneur, musicographe et Joachim Le Breton, secrétaire de l’Institut32. Voici quelques extraits de la lettre inspirée par Framery et publiée dans Le Moniteur du 26 juillet 1804

De Paris ce Thermidor an IX de la république Françoise

  • 33 Lettre citée une première fois par Griesinger, reprise ensuite dans M. Vignal, ibid., p. 98.

Les artistes François réunis au Théatre des Arts pour exécuter l’immortel ouvrage de La Création composé par le célèbre Haydn, pénétrés d’une juste admiration pour son génie, le supplient de recevoir ici l’hommage du respect, de l’enthousiasme qu’il leur inspire […] Il ne se passe pas une année qu’une nouvelle production de ce compositeur sublime ne vienne enchanter les Artistes, éclairer leurs travaux, ajouter au progrès de l’art, étendre encore les routes immenses de l’harmonie et prouver qu’elles n’ont point de bornes, en suivant les traces lumineuses, dont Haydn embellit le présent et sait enrichir l’avenir33.

  • 34 Esquisse autobiographique (1776), dans M. Vignal, ibid., p. 46.

22Dans ce contexte nous serions peu clairvoyants de réduire le problème des Vies à une sorte de duel personnel exacerbé entre Bombet et Carpani. Bien avant cette querelle, tout le monde écrit sur Haydn, surtout en France, tout le monde connaît le maestro. On l’admire, on le joue. Lui-même en était d’ailleurs conscient, ainsi qu’il l’écrit, discrètement, dans son esquisse autobiographique, il est vrai antérieure : « Dans le style de chambre, j’ai eu le bonheur de plaire à presque toutes les nations sauf les Berlinois34. » Les publications de ses œuvres sont nombreuses, les concerts symphoniques – qui deviennent alors ces manifestations publiques que nous fréquentons encore aujourd’hui – comportent inévitablement l’une ou l’autre de ses compositions :

  • 35 J. Le Breton dans M. Vignal, ibid., p. 312.

Tout le monde connaît les symphonies de Haydn, devenues une partie obligée de tous les concerts l’unité du plan, la clarté et la variété des développements, la richesse de l’orchestration, la vivacité des coloris permettent d’entendre tous les jours ces délicieuses compositions sans qu’on puisse s’en rassasier35.

  • 36 Voir le catalogue Haydn’s Last Years, ouvr. cité, p. 44.
  • 37 J. Mongrédien, ouvr. cité, p. 216.

23Par exemple, lors d’une des séances des fameux concerts de la rue de Cléry, en janvier 1803, faute de pouvoir accueillir Haydn, effrayé par le voyage, c’est le prince Esterhazy que reçoivent solennellement les musiciens et les autorités. Le prince offre aux membres de la société musicale quelques manuscrits que Haydn a choisis spécialement : un Te Deum, un offertoire, une messe des morts. En retour, on lui fait remettre une médaille d’or (gravée par Nicolas Marie Gatteaux36). Au cours de la cérémonie qui suit on couronne de laurier le buste de l’« immortel Haydn37 ».

24Si bien qu’il n’y a aucune originalité à ce que Beyle ait connu Haydn, mais seulement par l’effet de la mode. Du même coup peut-être ne s’est-il pas senti obligé d’expliquer ce qu’il entendait, de préciser comment il l’entendait ou bien ce qu’il en pensait. D’où, par exemple, cette note du Journal en date du 4 mars 1802 :

  • 38 Œuvres intimes, t. I, ouvr. cité, p. 34.

A sept heures du soir elle s’exerçait à répéter une symphonie d’Haydn qu’elle devait jouer le même soir chez Mme Périer38

25Il me paraît évident que Haydn a été pour le jeune Beyle une réalité, mêlée à son quotidien

  • 39 Journal, 10 juin 1810, ouvr. cité, p. 595.

Je m’aperçois tous les jours dans le monde, que les jeunes gens qui parlent le mieux sur tout n’ont pas d’opinion sur les artistes dont le hasard ou leurs mérites fait que l’on parle souvent. Je m’occupe donc à écrire un mince volume in-8°. Il contiendra les vies de
1° Raphaël, Jules Romain, le Dominiquin
2° Pergolèse, Durante, Cimarosa, Mozart, Haydn, une notice sur Canova
3° Lope de Vega, Shakespeare…39

26Le phénomène socio-culturel se répétera plus tard avec Rossini ; mais cela n’a rien à voir avec ce qui s’est passé vis-à-vis de Mozart ou de Cimarosa que l’on n’a pas joués à Paris si vite, de leur vivant, et sur lesquels on n’a pas, à l’époque, autant publié. De plus, ils avaient disparu dès les années 1790 à 1800, avant la grande mode de Haydn.

  • 40 Voir M. Vignal, qui cite l’opinion du temps « finale facétieux au cours duquel avant la fin tous le (...)

27Quant à préciser ce que Beyle a pu entendre, c’est une autre affaire. Thèmes à être traités en fa mineur, comme la 8° symphonie de M. Haydn, ce genre d’apostille intime ( Journal, 29 juin 1810) pose d’épineux problèmes. La 8e Symphonie, dite « Le Soir », est écrite en sol. En revanche, il en existe une autre dans la tonalité de fa mineur, la no 49, dite « La Passion » (1768), plus connue, et trois symphonies en fa, nos 58, 67, 79. Enfin il y a surtout la Symphonie no 45 en fa dièse mineur, dite « Les Adieux » (1772). Elle est la plus célèbre, la plus frappante de cet ensemble40.

  • 41 Ibid., p. 311.
  • 42 Ibid., p. 313.

28Il ne me paraîtrait même guère probable que l’Institut de France ait été mieux instruit, ou que le Concert des Amateurs ait été plus précis. Tous les premiers biographes ont adjoint un catalogue à leur récit, mais il était approximatif compte tenu du contexte et des circonstances. Bombet aussi nous offre un catalogue fautif, évidemment, mais je me refuse d’y voir là une preuve d’incompétence et une trace supplémentaire de plagiat. Joachim Le Breton, secrétaire perpétuel de l’Institut, indiquait plus prudemment, en 1810, que Haydn avait composé « plus de huit cents compositions, dont cent dix-huit symphonies41 » – Hoboken, l’auteur du catalogue actuel de référence, n’en dénombre, pour sa part, que cent cinq ! – d’où la pirouette conclusive du secrétaire perpétuel, qui qualifiait, dans un effet de manche, le maestro autrichien de « prince de l’harmonie42 ». Dans ces conditions, il me semble nécessaire de souligner que Haydn était, pour l’époque, un sujet bien vivant, mais labile. La voie ouverte par les sociétés de concerts, les diseurs d’anecdotes, les soi-disant amis du maestro, n’était pas sans attrait ni sans licence. Il y avait un phénomène Haydn : à leur tour Carpani et Bombet pouvaient entrer en scène et chanter leur couplet.

Bombet vs Carpani

  • 43 Journal, dans Œuvres intimes, ouvr. cité, p. 544. Voir aussi R. N. Coe, Lives of Haydn, Caldel, Lon (...)

29On ne s’est pas interrogé sur le premier pseudonyme adopté par Beyle, d’autant que, par la suite, les Vies paraissent sous d’autres noms d’auteur. Y aurait-il quelque rapport, outre une vague assonance, avec Babet Rothe, la maîtresse viennoise ? Babet a chanté au Theater an der Wien, par exemple dans Les Croisés (die Kreuzfahrer) de Kotzebue, qui y furent montés début novembre 180943.

  • 44 Quodlibets of the Viennese Theater, par L. Feurzeig, J. Sienicki, Fr. Satzenhoven, Fr. Volkert, Vie (...)
  • 45 Sur ces Liebhaber Concerte, voir M. Vignal, ouvr. cité, p. 704.
  • 46 Voir T. De Nora, Beethoven and the Construction of Genius Musicals Politics in Vienna, Londres, Lon (...)

30Mais ce théâtre où chantait Babet représentait des spectacles fort diversement conçus : des centons, des Singspiele, aussi bien que des drames. Lisa Feurzeig dans son étude sur Rochus Pumpernickel 44 a établi que ce pot-pourri, créé pour le carnaval de 1809, avant l’arrivée des Français, a ensuite été représenté cent quarante-trois fois. Il n’a guère été surpassé que par Don Juan (probablement chanté en allemand), La Flûte enchantée, Les Brigands, drame bien connu de Schiller. Beyle a connu ces Brigands et il a vu, on le sait, le Don Juan du Theater an der Wien, qu’il appelle, le théâtre de Wieden (ce qui revient au même). L’établissement était, à l’époque, dirigé par un groupe de concessionnaires où l’on retrouve à peu près les mêmes nobles noms qu’à la Société des Liebhaber Concerte 45. Parmi les spectacles il y avait souvent aussi des ballets ou des soirées musicales où paraissaient de nombreuses œuvres de Haydn, soit arrangées, soit en version originale. On décompte huit fois Haydn pour l’année 180946.

  • 47 R. N. Coe, « Stendhal et Carpani » dans Stendhal e Bologna, t. II (textes réunis et présentés par L (...)
  • 48 L’Âme et la musique, ouvr. cité, p. 13.

31Giuseppe Carpani nous est maintenant assez connu, et Richard Coe avait tout à fait raison d’insister sur le fait que Beyle devait détester une pareille créature47 : Italien acquis aux Habsbourgs, censeur des théâtres de Venise, adversaire déclaré de Napoléon et des libéraux qui se sentaient soutenus par ce dernier, Carpani est un peu comme le marchese Del Dongo, fuyard, froussard, venimeux. Or, de même que le lieutenant Robert fait un enfant illégitime au marchese à son insu, de même Beyle – ou Bombet – n’a pas hésité à lui voler… ses idées sur la musique, ses connaissances précises sur Haydn. Richard Coe puis Suzel Esquier ont plusieurs fois insisté sur le fait que les théories musicales de Carpani sont réellement devenues les idées de Stendhal48. Mais n’en a-t-il pas été de même vis-à-vis de Destutt de Tracy ou Fauriel dans de De l’Amour ? Or personne dans ce cas n’a crié au plagiat ; on voit que le phénomène se répète, mais il est toujours bien compliqué.

32Car Beyle apporte à ses sources, copieuses et copiées, un éclairage distinct, personnel. D’où peut-être le prologue fantaisiste situé dans l’île de Wight ou ces étapes aux noms hautement symboliques que sont Salzbourg, Hallein, Baden. Carpani, en ce qui le concerne, était un homme de lettres, habitué aux salons des capitales, aux journaux du gouvernement, une sorte de La Harpe ou de Morellet, si l’on préfère. Bombet, lui, tient beaucoup à se présenter comme un dilettante, aux sens premier et second du terme.

  • 49 Vie de Haydn, ouvr. cité, lettre XXII, p. 121.

dans une société plus riche et plus civilisée, ce n’est pas du fond de l’histoire, mais de la manière de la conter, que celui qui parle attend une bonne récolte de jouissance de vanité49

  • 50 Ibid., p. 115.
  • 51 Ibid., p. 137, alors que Carpani écrit simplement (lettre XII) : « Die Natur, die von der Übergross (...)

33Par exemple il flotte une sorte de parfum rustique et frais dans la Vie de Haydn : « êtes-vous allé dans la vallée de Chamouny, le mont Blancluit, au milieu des sommets voisins couverts de neige comme lui50 ». La forêt viennoise, les guinguettes où l’on boit le Heuriger bien frais se profilent à l’arrière-plan de la Vie de Haydn. Ainsi, quand Bombet évoque certains passages des Saisons il est beaucoup plus fin que Carpani : « L’abattement, l’anéantissement de tout ce qui respire et même des plantes pendant la grande chaleur d’un jour d’été est parfaitement bien rendu51. » Avant l’heure n’est-ce pas l’ambiance, le ton que l’on retrouve dans les chapitres nancéens et forestiers de Lucien Leuwen ? Rien de tel dans les Haydine qui ne sont jamais poétiques. Bombet romance Haydn, en particulier en inventant un destinataire – Louis Crozet ? – ce qui métamorphose le factum en roman par lettres.

  • 52 Vie de Haydn, ouvr. cité, lettre XXII, p. 147.

De retour dans la capitale de l’Autriche, j’ai à vous apprendre, mon cher Louis, que la larve de Haydn nous a quittés. Ce grand homme n’existe plus que dans notre mémoire […] Il s’approchait de son piano, les vertiges paraissaient et ses mains quittaient les touches pour prendre le rosaire, dernière consolation52

34La lettre XVI de Carpani comporte, elle aussi, les mêmes mots. Mais ils sont noyés dans trois longs paragraphes qui rendent l’ensemble pédant. Bombet condense, vivifie, humanise. Voilà qu’apparaît dès cette première publication l’aimable humour stendhalien.

  • 53 Ibid., lettre XVIII, p. 117.
  • 54 Ibid.
  • 55 « […] dem Ergötzen anderer Liebhaber » (« […] pour le plaisir des autres amateurs ») (lettre XI, p. (...)
  • 56 Carpani rappelle, dans la lettre XI, que la première audition de la version en italien dont il est (...)
  • 57 B. Boisits, Phänomen Haydn : « Wanderer zwischen Kulturen », dans Phänomen Haydn, ouvr. cité, p. 23 (...)

35A-t-on assez remarqué comment Bombet parle des familiarités de la noblesse viennoise ? Ces protecteurs de Haydn – Lobkowicz, Schwarzenberg, Erdödy, Esterhazy – qui deviendront ensuite ceux de Beethoven, ne sont pas de grands personnages gourmés. On les côtoie, on peut s’assoir auprès d’eux : « j’y étais53 » ! Cela est faux et Carpani n’oserait pas se comporter ainsi, mais que cette hardiesse est efficace, comme elle est littéraire et piquante. La fameuse Société des Amis de la Musique (Gesellschaft der Musikfreunde), que ces aristocrates fondent à leurs frais en 1812, et qui continue d’exister de nos jours comme un pilier très exclusif de la vie artistique viennoise, devient sous la plume de Bombet une aimable société de dilettanti 54. Chez Carpani, ce sont plutôt des clubmen, des snobs et des financiers55. Voilà peut-être pourquoi, lors d’un événement aussi important que le concert d’adieu de 1808, autour de la Création, Bombet décide, à mon avis tout à fait intentionnellement, qu’il a eu lieu au Palais Lobkowicz56. Carpani ne sent pas ces subtilités socio-artistiques ; il ne comprend pas ce phénomène de crossing over fort spécieux, intelligemment analysé dans le catalogue de l’exposition d’Eisentadt57.

36Évidemment les faits historiques, les données intellectuelles demeurent. Beyle-Bombet trouve chez Carpani l’explication argumentée, de ce qu’il sentait confusément : l’opposition entre musique italienne mélodique et musique allemande harmonique et contrapuntique. Il radicalise, en bon lecteur des Lumières ou de Mme de Staël, la théorie des climats appliquée aux arts. Et il reprend l’« état du Parnasse musical en Italie ».

  • 58 Vie de Haydn, ouvr. cité, chap. x, p. 82 et G. Carpani, ouvr. cité, lettre VII, p. 122.

37Au terme de ces considérations souvent un peu sèches comme une enquête de police, je ne suis pas sûr que notre dilettante ait tellement apprécié la musique de Haydn, car il ne suit pas partout, intégralement l’avis de l’Italien. J’ai cité plus haut cette note intime où il est question d’une certaine Huitième symphonie en fa, qui n’existe pas ; Carpani signale, lui, explicitement le finale de la symphonie en fa dièse mineur, Les Adieux, et il joint cela à l’analyse de la symphonie « Roulement de tambour » (« mit dem Paukenschlag »)58. Je pense que la savante volubilité carpanienne concernant ces symphonies rentre dans la catégorie de ce que la Vie de Henry Brulard nommera « le bête de la musique ». Plus tard, lorsque Bombet sera devenu Stendhal, on retrouvera – pour la dernière fois ? Haydn :

  • 59 Lucien Leuwen, dans Œuvres romanesques complètes, t. II, Gallimard, coll « Bibliothèque de la Pléia (...)

de même ici : d’abord l’intrigue d’amour, puis les ridicules qui viennent encombrer l’amour, retarder ses jouissances, comme dans une symphonie Haydn retarde la conclusion de la phrase59

note-t-il dans ses plans, à propos de Lucien Leuwen. Comme pour la soi-disant Symphonie no 8, je doute qu’on arrive à déterminer catégoriquement l’œuvre de Haydn ici évoquée. En revanche, je suis frappé par le début du premier mouvement de la symphonie Hoboken no 93 : après quatre vigoureux accords du tutti orchestral, suit une petite transition aux cordes, adagio, et enfin, avec retard, s’énonce aux premiers violons, allegro assai, une jolie cantilène qui est le premier thème de ce mouvement. Notre esprit se détend, notre oreille s’enchante d’être enfin libérée de la tension par laquelle commençait la symphonie. Je trouve à cette manière de faire quelque chose de très allègre. L’allure est jeune, un peu naïve, très contrastée comme sont Lucien et Bathilde. Mais la symphonie est en majeur. Même climat, mêmes tempi, mêmes effets, encore plus évidents, dans la symphonie Hoboken n° 94, la deuxième de cette série des symphonies dites « londoniennes ». Mais les jouait-on à Vienne en 1809 ? Pour la Symphonie no 94 en sol majeur dite « La Surprise » (mit dem Paukenschlag ) il est sûr qu’elle a tout de suite été jouée partout. Elle est un pilier du répertoire symphonique et adorée des chefs d’orchestre.

38Je comprends qu’à l’époque où la musique de Haydn était moderne, à la naissance du classicisme viennois, Beyle ait flairé cette modernité qui ne se donnait pas en spectacle, sur les planches d’un opéra. Je comprends que Bombet ait repris pour terminer sa Vie de Haydn une phrase de Carpani qui soulignait ce progrès de l’art incarné par Haydn. Mais sous la plume de Beyle cette phrase devient une très libre paraphrase ; elle sonne différemment, son esprit change ; grâce à un mot souligné, elle devient un manifeste primesautier et progressiste :

  • 60 Vie de Haydn, ouvr. cité, p. 151 ; G. Carpani : « es fehlen ihr (der Kunst) die Jahrhunderte, um ei (...)

Ils voient les jeunes artistes les livres qui ont paru depuis et tous ceux qui s’impriment journellement mais seulement pour les faits qu’ils peuvent contenir… Qu’ils cherchent à se garantir de la contagion de leur style… sans cela quel moyen de se garantir de ce sénéquisme général qui vicie tous les arts et auxquels je ne connais d’exception vivante que Canova, car Paisello ne travaille plus et Haydn nous a quittés60

39Beyle a discerné chez Haydn, tel que le lui expliquait Carpani, un modèle d’exigence, d’ambition, de style. C’est assez pour justifier l’importance du séjour viennois de 1809 et fonder la dignité de ce premier livre qui en découle directement.

Haut de page

Notes

1 De son vrai nom Babette Rothe, actrice du Theater an der Wien, Voir M. Naumann, Stendhals Deutschland, Impressionen über Land und Leute, Weimar, H. Bohlau, 2001, passim et Fr. Michel, Fichier stendhalien, Boston, G. K. Hall, 1964.

2 Stendhal, Vies de Haydn, Mozart et Metastase, dans Œuvres complètes, t. XLI, préface de R. Rolland, texte établi et annoté par D. Muller, postface de V. Del Litto, Genève, Cercle du Bibliophile, 1970.

3 Stendhal, Lives of Haydn, Mozart et Metastasio, trad. de R. N. Coe, Londres, Calder, 1972.

4 Stendhal, L’Âme et la musique ( Vies de Haydn, Mozart et Métastase, Vie de Rossini, Notes d’un dilettante), éd. présentée et annotée par S. Esquier, Stock, 1999. M. Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988.

5 Joseph Haydn, Autobiographie, premières biographies [G. A. Griesinger, A. Chr. Dies, N. É. Framery, J. Le Breton] ; traduites de l’allemand et présentées par M. Vignal, Flammarion, 1996.

6 Phänomen Haydn, 1732-1809, Eisenstadt, Schloss Esterhazy, Management, 2009 ; Haydn’s Last Years, Vienne, Musée de Vienne, 2009.

7 G. Carpani, Haydn. Sein Leben, traduction de B. Fürstenauer, avec une préface de N. Harnoncourt, Sankt-Pölten, Residenz Verlag, 2009.

8 Lettre à Pauline Périer-Lagrange, du 25 juillet 1809, Correspondance, t. I, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1968, p. 536.

9 Œuvres intimes, t. II, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1982, p. 971.

10 M. Vignal, ouvr. cité, p. 253.

11 Ibid.

12 Stendhal le cite dans De l’Amour.

13 Ch.-L. Cadet de Gassicourt, Voyage en Autriche, en Moravie et en Bavière, L’Huilier, 1818, p. 309.

14 Ouvr. cité, p. 325.

15 Ibid., p. 165.

16 Ibid., p. 168.

17 Stendhal, Œuvres intimes, ouvr. cité, t. I, p. 1050.

18 Stendhal, Correspondance, t. I, ouvr. cité, p. 567, et Journal des 9 mai, 10 juin 1810, 27 septembre 1811. C’est dans la lettre XXII de Vie de Haydn (ouvr. cité) que le nom de Canova se trouve mentionné.

19 Ouvr. cité, p. 332.

20 Ibid., p. 192-193.

21 Ouvr. cité, p. 334.

22 Voir Fr. Claudon, « Diplomates, espions ou réquisitionnaires ? Les Français à Vienne », dans Vivant Denon (actes du IVe colloque de Chalon-sur-Saône), recueillis par Br. Bailly et Fr. Claudon, UTB, Chalon-sur-Saône, 2003.

23 Correspondance, ouvr. cité, p. 536.

24 Voir M. Vignal, ouvr. cité, p. 727.

25 « Enfants, qu’avez-vous à craindre ? Là ou se tient Haydn, aucune catastrophe ne peut se produire » (G. Carpani, dans M. Vignal, ouvr. cité, p. 727) .

26 M. Vignal, ibid., p. 730.

27 Vie de Haydn, ouvr. cité, lettre XIX, p. 126.

28 Œuvres intimes, ouvr. cité, t. I, p. 673.

29 Voir la note intéressante de V. Del Litto : « Grand concert vocal et instrumental donné le 21 avril 1811 au Théâtre de l’Impératrice : 1° partie : Symphonie militaire d’Haydn […], 2° partie : La Création, par Crivelli, Porto, Angrisani et Mmes. Festa, Barilli, Sevesti, Bereyter, et chœurs » (Journal de l’Empire, 22.4.1811) (ouvr. cité, p. 1034).

30 J. Mongrédien, La Musique en France des Lumières au Romantisme, Flammarion, 1986, p. 307-330.

31 J. Fr. Reichardt, Vertraute Briefe, Amsterdam, 1810 ; le même a écrit Vertraute Briefe aus Paris (Un hiver à Paris sous le Consulat, trad. française par A. Laquiante, Plon, 1896).

32 On les retrouve cités et présentés par M. Vignal, ouvr. cité, p. 52.

33 Lettre citée une première fois par Griesinger, reprise ensuite dans M. Vignal, ibid., p. 98.

34 Esquisse autobiographique (1776), dans M. Vignal, ibid., p. 46.

35 J. Le Breton dans M. Vignal, ibid., p. 312.

36 Voir le catalogue Haydn’s Last Years, ouvr. cité, p. 44.

37 J. Mongrédien, ouvr. cité, p. 216.

38 Œuvres intimes, t. I, ouvr. cité, p. 34.

39 Journal, 10 juin 1810, ouvr. cité, p. 595.

40 Voir M. Vignal, qui cite l’opinion du temps « finale facétieux au cours duquel avant la fin tous les instrumentustes quittent peu à peu l’orchestre » (ouvr. cité, p. 326).

41 Ibid., p. 311.

42 Ibid., p. 313.

43 Journal, dans Œuvres intimes, ouvr. cité, p. 544. Voir aussi R. N. Coe, Lives of Haydn, Caldel, Londres, 1972 ; son index précise l’emploi tenu par Babet.

44 Quodlibets of the Viennese Theater, par L. Feurzeig, J. Sienicki, Fr. Satzenhoven, Fr. Volkert, Vienne, 2007, p. XIV.

45 Sur ces Liebhaber Concerte, voir M. Vignal, ouvr. cité, p. 704.

46 Voir T. De Nora, Beethoven and the Construction of Genius Musicals Politics in Vienna, Londres, London University Press, 1997, p. 31.

47 R. N. Coe, « Stendhal et Carpani » dans Stendhal e Bologna, t. II (textes réunis et présentés par L. Petroni, actes du IXe Congrès stendhalien à Bologne en 1969), Bologne, 1971-1973, t. II, p. 597 et suiv.

48 L’Âme et la musique, ouvr. cité, p. 13.

49 Vie de Haydn, ouvr. cité, lettre XXII, p. 121.

50 Ibid., p. 115.

51 Ibid., p. 137, alors que Carpani écrit simplement (lettre XII) : « Die Natur, die von der Übergrossen Hitze niedergdrückt ist, schmachtet dahin und vergeht » (« la nature assommée par la trop forte canicule se pâme et se meurt »), (p. 195 de la traduction allemande citée supra).

52 Vie de Haydn, ouvr. cité, lettre XXII, p. 147.

53 Ibid., lettre XVIII, p. 117.

54 Ibid.

55 « […] dem Ergötzen anderer Liebhaber » (« […] pour le plaisir des autres amateurs ») (lettre XI, p. 177).

56 Carpani rappelle, dans la lettre XI, que la première audition de la version en italien dont il est l’auteur a bien eu lieu au Palais Lobkowicz, mais il n’ajoute aucun commentaire, alors qu’il sait certainement, que là aussi avait été créée la Symphonie no 3 de Beethoven « Eroïca » ; il distingue seulement cette version italienne du concert solennel de 1808 à l’Aula maxima de l’Université.

57 B. Boisits, Phänomen Haydn : « Wanderer zwischen Kulturen », dans Phänomen Haydn, ouvr. cité, p. 235 et suiv.

58 Vie de Haydn, ouvr. cité, chap. x, p. 82 et G. Carpani, ouvr. cité, lettre VII, p. 122.

59 Lucien Leuwen, dans Œuvres romanesques complètes, t. II, Gallimard, coll « Bibliothèque de la Pléiade », 2007, p. 284.

60 Vie de Haydn, ouvr. cité, p. 151 ; G. Carpani : « es fehlen ihr (der Kunst) die Jahrhunderte, um einen Raffaele, Palladio, Pergolesi, Haydn oder Canova entstehen zu lassen » (« il manque à l’art le recul, il faut des siècles pour que naissent un Raphaël, un Palladio, un Pergolèse, un Haydn ou un Canova ») ( lettre XV, ouvr. cité, p. 237). En parlant de « sénéquisme », Stendhal se réfère à Sénèque par un néologisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Claudon, « Beyle et Haydn », Recherches & Travaux, 79 | 2011, 99-112.

Référence électronique

Francis Claudon, « Beyle et Haydn », Recherches & Travaux [En ligne], 79 | 2011, mis en ligne le 15 juin 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://recherchestravaux.revues.org/478

Haut de page

Auteur

Francis Claudon

Université – Paris 12

Haut de page

Droits d’auteur

© Recherches & Travaux

Haut de page
  • Revues.org