Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Présentation

Brigitte Ferrato-Combe
p. 5-12

Texte intégral

  • 1 M. Beaujour, Miroirs d’encre, Seuil, 1980, p. 31.

1Si l’autoportrait s’apparente au speculum, « miroir du sujet et miroir du monde, miroir du JE se cherchant à travers celui de l’univers », comme l’a montré Michel Beaujour dans Miroirs d’encre1, c’est d’un miroir en éclats qu’il est question dans ce volume.

  • 2 Roland Barthes par Roland Barthes, Seuil, collection « Écrivains de toujours », 1975.
  • 3 Robert Pinget à la lettre. Entretiens avec Madeleine Renouard, Belfond, 1993.

2La réflexion ici présentée est née d’un constat : dans la littérature et l’art contemporains, un certain nombre d’œuvres se définissent plus ou moins explicitement comme des autoportraits, tout en assumant, et même en revendiquant, une structure fragmentaire. Faites de pièces et de morceaux, hétérogènes, discontinues, recourant souvent à des supports multiples, elles s’inscrivent cependant dans la référence à un sujet unique, clairement identifié, à défaut d’être toujours unifié. Ainsi en est-il de Roland Barthes par Roland Barthes2, de Robert Pinget à la lettre3, du film de Jean-Luc Godard, JLG par JLG. Autoportrait de décembrepour ne citer que quelques-uns de ces autoportraits éclatés.

  • 4 Cette réflexion fait suite aux travaux de l’équipe sur « Figures paradoxales de l’Auteur », Recherc (...)
  • 5 Voir l’excellente analyse de cet ouvrage présentée par R. Amossy, « Auteur pas mort, Réflexions aut (...)

3On a pu voir dans cette floraison d’autoportraits une remise en question de la « mort de l’auteur », par ceux-là même souvent qui l’avaient théorisée ou mise en œuvre4, même si le choix de la forme fragmentaire peut apparaître comme une résistance à la constitution d’une figure d’auteur consacrée. Ainsi, lorsque Robert Pinget accepte que soient publiés son entretien avec Madeleine Renouard, ce n’est qu’àla condition de l’accompagner d’un autoportrait écrit sous forme d’abécédaire, Robert Pinget à la lettre, dans la lignée de celui de Barthes, comme si la dispersion et l’arbitraire de l’alphabet devaient compenser l’effet-auteur induit par l’entretien5.

4Éviter d’édifier sa propre statue, figée et monolithique, cette préoccupation n’est pas l’apanage des écrivains contemporains, si l’on en juge par l’exemple fondateur des Essais de Montaigne. Peut-être l’autoportrait littéraire est-il nécessairement fragmentaire, lui qui n’enferme l’image de soi ni dans la forme d’un contour graphique ni dans la continuité d’un récit, et se soumet à l’ordre de la description ou de la taxinomie. Ses formes contemporaines ne feraient ainsi qu’exacerber, en l’exhibant, une de ses propriétés fondamentales.

  • 6 J. Clair, Autoportrait au visage absent. Écrits sur l’art (1981-2007), Gallimard, 2008.

5Le modèle pictural, référence inévitable de l’autoportraitiste (« car c’est moi que je peins ») et longtemps garant d’une possibilité d’autoreprésentation, est lui-même en crise. C’est bien souvent un « autoportrait au visage absent6 » que proposent les artistes contemporains : « notre siècle », affirme Jean Clair, « aura été habité par son impuissance à ressaisir l’identité du moi dans le portrait ».

6Les écrivains ou les artistes contemporains dont les œuvres sont analysées ici, et beaucoup d’autres qui leur sont proches, semblent avoir en effet renoncé à cette ambition totalisatrice, « ressaisir l’identité du moi », pour s’engager dans une aventure plus tâtonnante, plus hésitante, et moins narcissique. Il s’agirait moins de figurer un moi dont l’unicité et l’unité seraient données a priori que de laisser entrevoir les images fragmentaires et hétérogènes d’un individu en contact avec autrui, avec la diversité du monde, tout en suspendant la totalisation. Les œuvres ainsi produites pourraient vérifier tout particulièrement l’affirmation de Michel Beaujour pour lequel tout autoportrait

  • 7 M. Beaujour, op. cit., p. 26.

[cesse] pour l’essentiel, c’est-à-dire pour tout ce qui n’est pas anecdotique en lui, d’être individuel. […] les événements d’une vie individuelle sont éclipsés par la remémoration de toute une culture, apportant ainsi un paradoxal oubli de soi7.

  • 8 M. Lafon, Une vie de Pierre Ménard, Gallimard, 2008.

7Sans adopter par ailleurs un point de vue historique, ce volume met en lumière le rôle essentiel qu’a joué l’autoportrait de Roland Barthes : plusieurs articles de ce volume le présentent comme l’initiateur de certaines formes contemporaines d’écriture de soi. « Quand il paraît en 1975, Roland Barthes par Roland Barthes fonde cette lignée d’autoportraits qui connaîtra un tel développement dans la littérature française contemporaine », affirme Claude Coste. Michel Lafon, parodiant Georges Perec pour introduire les travaux collectifs de la journée d’étude de mai 2007, évoque l’atmosphère intellectuelle de cette époque en des termes qui peuvent susciter la nostalgie : « Je me rappelle que lire Barthes et lire Borges, en ces années 70, ne rendait pas seulement plus intelligent, mais aussi plus heureux. » Bien que n’ayant éprouvé qu’à distance le rayonnement du séminaire de Barthes, il témoigne de son influence par son parcours même d’universitaire et d’écrivain – son premier roman, paru depuis lors8, offrant un mélange indécidable d’autobiographie, de biographie, de fiction et de critique.

8Du passage de l’essai au roman encouragé par l’enseignement de Barthes, deux écrivaines, qui ont participé à son séminaire dans les années 73-76, sont venues témoigner à l’université Stendhal. Colette Fellous, pour présenter sa collection « Traits et portraits », évoque sa rencontre avec Roland Barthes, la séduction de sa présence magistrale :

Il avait l’art d’éclairer le réel, d’ouvrir les disciplines, de nous pousser à mieux voir, à mieux lire. Et tout cela dans le plaisir de l’échange, de la conversation.

  • 9 Ch. Thomas, « De l’essai au roman », conférence de l’École doctorale de l’université Stendhal, 25 n (...)

9L’entretien publié dans ce volume met l’accent sur l’incitation de Barthes à s’affirmer comme sujet de l’écriture : « c’est vraiment lui qui m’a poussée à oser dire “je”, à ne pas perdre le “je” dans l’essai ». Chantal Thomas, à une autre occasion9, confirme ce témoignage sur un enseignement qui libérait une parole personnelle en même temps qu’il éveillait les intelligences.

  • 10 Cl. Coste a édité Comment vivre ensemble. Simulations romanesques de quelques espaces quotidiens, c (...)

10L’une comme l’autre accordent une place essentielle au Roland Barthes par Roland Barthes, dont elles ont pu suivre l’élaboration. Deux exégètes de Barthes, qui n’ont pas été ses étudiants maisparticipent tous deux à l’édition des notes de cours et de séminaire10, présentent ici des analyses approfondies de cet ouvrage décisif pour l’histoire contemporaine de l’autoportrait et de l’écriture fragmentaire.

11Anne Herschberg Pierrot, étudiant les notes du séminaire sur le « lexique d’auteur » (1973-1974) – celui-là même qu’ont suivi Colette Fellous et Chantal Thomas – et les dossiers préparatoires du Roland Barthes par Roland Barthes,constate qu’ils «apportent un éclairage nouveau sur la genèse de cet autoportrait en fragments, sur son rapport à l’encyclopédie, et à la problématique du miroir ». La forme, fragmentaire, du dictionnaire s’impose progressivement et « permet à l’écrivain de dépasser la problématique narcissique de l’autoreprésentation en substituant à la “personne” de l’auteur un entrecroisement de langages ». Reprenant ensuite les analyses de Michel Beaujour sur l’autoportrait comme laïcisation du speculum médiéval, Anne Herschberg Pierrot conclut : « Le livre se présente comme un miroir encyclopédique des écrits de Roland Barthes, le microcosme d’un monde de l’œuvre, très proche du miroir encyclopédique médiéval : l’autoportrait naît de la compilation autotextuelle. »

12Claude Coste, quant à lui, présente une lecture paradoxale et neuve de cette œuvre fragmentaire, affirmant que le « désir de totalité » hante Barthes dans ses dernières œuvres, et ce dès le Roland Barthes par Roland Barthes, dont le dernier fragment s’intitule de façon provocatrice « Le monstre de la totalité ». Par son empathie avec l’expérience existentielle du Rousseau des Rêveries,Barthes échappe à la déconstruction moderne du sujet : « grâce au corps, c’est bel et bien le “sujet” comme totalité qui se trouve restauré ». Claude Coste évoque avec subtilité un écrivain qui « s’appréhende comme une totalité heureuse » lorsqu’il est au travail mais s’interroge sans cesse, en dehors de ces moments de plénitude, sur la « distance convenable » à trouver par rapport au monde, à l’objet de son désir, à sa propre image… pour la découvrir enfin dans la musique. Cette lecture, en même temps qu’elle permet d’échapper à la tentation d’une opposition trop manichéenne entre « la totalité qui opprime et la fragmentation qui sauve », conforte dans l’idée que le même Barthes qui avait proclamé « la mort de l’auteur » a joué un rôle essentiel dans « une réhabilitation de la subjectivité », rouvrant ainsi une voie dans laquelle de nombreux écrivains contemporains se sont engagés.

  • 11 Fictions biographiques – xixe-xxie, textes réunis et présentés par A.-M. Monluçon et A. Salha, Pres (...)
  • 12 M. Boyer-Weinmann, La relation biographique : enjeux contemporains, Seyssel,Éditions Champ Vallon, (...)

13Si Colette Fellous a envisagé de créer une collection dédiée à l’autoportrait, c’est en partie en référence à l’œuvre de Barthes et à son enseignement. Cela pourrait n’être qu’anecdotique, un hommage personnel rendu par son ancienne étudiante au maître à qui elle avait demandé « une présence lointaine ». Mais la collection existe, riche déjà d’une quinzaine de volumes, et prouve à l’évidence que « l’exercice de l’autoportrait » dans la confrontation du texte et des images a pu séduire écrivains et artistes contemporains. Dans l’entretien réalisé pour le présent volume, Colette Fellous assigne à sa collection une triple origine : sa participation au séminaire de Barthes dans les années où s’élaboraient notamment Fragments du discours amoureux et Roland Barthes par Roland Barthes ; son intérêt passionné, dans ces mêmes années 70, pour la collection mythique « Les sentiers de la création » publiée chez Skira, dans laquelle était instaurée une relation inédite entre le texte et les images, chaque auteur étant de surcroît incité à s’interroger sur son activité créatrice ; plus tard, son expérience personnelle de l’écriture autobiographique, d’Avenue de France à Plein été et la découverte faite à cette occasion du rôle déterminant des images dans la libération du souvenir et dans l’articulation d’une mémoire individuelle et d’une histoire collective. On serait tenté d’ajouter à cette genèse une autre étape, celle de la collection « L’Un et l’autre » dirigée par J.-B. Pontalis chez Gallimard depuis 1989, dans laquelle Colette Fellous a elle-même publié Le Petit Casino en 1999. Essentielle, comme l’ont montré de nombreux travaux, pour le développement contemporain des fictions biographiques11, la collection à la couverture bleu nuit permet d’appréhender sous des angles multiples la relation biographique12, et pose une question générique, que de nombreux volumes de « Traits et portraits » reprennent implicitement : « Entre le portrait d’un autre et l’autoportrait, où placer la frontière ? »

14Ainsi née d’une triple expérience de disciple, de lectrice et d’écrivaine, la collection « Traits et portraits » permet à Colette Fellous de développer une nouvelle activité : celle d’éditrice. L’entretien analyse très finement les relations qui s’instaurent entre la directrice de collection et les auteurs qu’elle sollicite, encourage, accompagne tout au long de leur travail, en particulier pour le choix et la disposition des images. Relations si étroites qu’elle peut y voir une « prolongation de [son] travail d’écrivain, mais avec les autres, avec l’écriture des autres ». Aussi peut-on appréhender cette collection non seulement comme un ensemble d’autoportraits distincts, tous plus ou moins fragmentaires – soucieux de ne pas s’astreindre à la tyrannie de la totalité, et jouant diversement de la discontinuité introduite par les images – mais aussi comme un ensemble de fragments d’un même autoportrait, celui de Colette Fellous éditrice. Chaque volume révèle quelque chose de ses passions littéraires, de ses choix esthétiques, de sa sensibilité à la création – et tout simplement à la vie – contemporaines.

15Le premier volume, Tuiles détachées, propose une méditation sur l’autoportrait, conduite par Jean-Christophe Bailly, où le flux continu de l’écriture emporte de multiples métaphores qui suggèrent la fragmentation, l’éclatement, la dispersion. Brigitte Ferrato-Combe s’attache à décrypter ces métaphores et à rendre sensible l’élan que ce texte imprime à l’ensemble de la collection.

16C’est à une autre forme de relations entre la partie et le tout que s’intéresse Anne-Marie Monluçon en étudiant l’inscription de l’autoportrait fragmentaire du narrateur – et au-delà, de l’auteur – dans le recueil de nouvelles d’Andrzej Stasiuk, Contes de Galicie. Si l’autoportrait est « introuvable à l’échelle des nouvelles prises à l’unité », un « autoportrait par autrui » se dessine à l’échelle du recueil, dans l’interaction du narrateur et des personnages des nouvelles, tous pauvres gens de Galicie. Le caractère lacunaire et mystérieux de l’autoportrait, comme du récit, est analysé ici en termes politiques (refus de la totalité en résistance à un régime totalitaire), génériques (attraction du recueil de nouvelles vers l’essai ou le roman) et spirituels (désir de refondation d’une communauté). L’autoportrait de l’auteur en fantôme tracé ici par Anne-Marie Monluçon permet de mesurer pleinement les implications de l’autoportrait contemporain, qui a fort peu à voir, n’en déplaise à certains critiques, avec un quelconque nombrilisme.

17On retrouve quelque chose de fantomatique dans les photographies présentées par Francis Helgorsky, extraites de la série « Petite fabrique de souvenirs improbables ». Montages de fragments de photographies affichées sur les murs d’une maison, ces images renvoient à la mémoire d’un sujet énigmatique : l’auteur des photographies ? le spectateur ? L’image de l’intimité est donnée en partage.

18Que l’éclatement de l’autoportrait apparaisse avec plus d’évidence encore dans les arts visuels ou scéniques, c’est ce que permettent d’apercevoir les articles suivants. Étudiant l’œuvre du dramaturge argentin Rodrigo Garcia, aussi bien le texte de ses pièces que les mises en scène qu’il en propose, Bernadette Bost y voit en effet « un dynamitage de soi dans un autoportrait qui se plaît à lancer dans toutes les directions les fragments contradictoires, impossibles à rassembler, d’une identité éclatée », dans une esthétique de la violence et de l’hétérogénéité qui emporte dans une même confusion le moi, ses idoles (Borges, Maradona) et le monde.

19À partir de JLG/JLG : autoportrait de décembre dont Jean-Luc Godard affirmait « JLG/JLG n’est pas une autobiographie, mais un autoportrait, au sens où des peintres ont pratiqué cet exercice : non par narcissisme, mais comme une interrogation sur la peinture elle-même, et leur possibilité de s’y fondre », Didier Coureau montre que la recherche sur l’autoportrait cinématographique, d’abord perçu comme « impensable », parcourt l’ensemble de sa filmographie. De film en film, un « autoportrait de la pensée » se déploie dans l’espace et dans le temps à travers la multiplicité des moyens d’expression du cinéma (l’image, le son, le montage, etc.). Autant de fragments, de signes, de voix off, de reflets dans le miroir, de citations, qui tendent à se constituer en un autoportrait, sans doute plus complexe que lacunaire.

20Sur un mode ludique et même jubilatoire, Jacques Rebotier publie en 2003 un ouvrage intitulé 47 autobiographies, recueil de fragments dans lequel David Marron, qui l’analyse en détail, voit un « autoportrait poétique ». À la confrontation du texte et de l’image, la performance du concert-lecture ajoute une variation supplémentaire, un nouveau jeu, qui impose la perception d’un « poète oral ».

21C’est dans le silence de la page et de l’atelier, à l’inverse, que Jacques Dupin et Alberto Giacometti croisent leurs portraits, chacun donnant à voir l’autre et par ce geste se dévoilant soi-même. Françoise Rouffiat analyse avec subtilité le dispositif complexe que constituent les textes de Jacques Dupin et les photographies de Ernst Scheidegger montrant Giacometti au travail dans le livre Éclats d’un portrait.

22Deux œuvres récentes pourraient venir compléter ce panorama des formes contemporaines d’autoportrait fragmentaire. Les Chroniques chorégraphiques de Jean-Claude Gallotta, créées à Grenoble au cours de l’hiver 2008-2009, ont fait se succéder sur la scène du studio de création une foule de personnages, jeunes et vieux, valides et invalides, en solo, en duo ou en groupe, qui exprimaient par leur danse les émotions suscitées par les éclats du monde contemporain : fragments de discours politiques, de chansons, de films, de textes, tout les faisait réagir, individuellement ou collectivement, à l’unisson ou en désaccord. Le titre souligne le rapport à l’actualité, la volonté de rendre compte des événements contemporains, d’être le témoin de son temps, tandis que l’affiche – une photographie de Jean-Claude Gallotta, de dos, debout sur un quai de gare et regardant un train passer à toute vitesse – incite à voir dans ce spectacle une forme d’autoportrait : chaque scène révèle une facette de la conscience politique, de la sensibilité, des choix esthétiques, des plaisirs, des colères d’un chorégraphe pleinement engagé dans son époque, avec la distance d’un pas de côté, d’un pas de danse…

  • 13 Cette scène a été transposée par Agnès Varda lors d’une exposition au Centre régional d’art contemp (...)

23À peu près en même temps est sorti sur les écrans Les Plages d’Agnès, film ouvertement autobiographique dans lequel Agnès Varda met en scène ses souvenirs, se met en scène elle-même à tous les âges de la vie : bien qu’elle soit la narratrice de cette quête – tantôt en voix off, tantôt apparaissant à l’écran –, elle ne livre pas un récit ordonné et chronologique, mais une juxtaposition de séquences dont elle commente les liens, soulignant les continuités thématiques ou les ruptures : « Si on ouvrait les gens, on trouverait des paysages. Moi, si on m’ouvrait, on trouverait des plages. » Le film s’ouvre sur de magnifiques images de miroirs géants disposés sur la plage13, dans lesquels viennent se refléter les vagues, le ciel, les oiseaux, les nuages – et le visage d’Agnès Varda –, reflets incertains, images brisées, fragments de soi et du monde qui se superposent en un autoportrait en éclats dont la suite du film accomplit la promesse. Scène éminemment poétique, et ludique à la fois, digne de Magritte, par son jeu avec les surfaces qui révèle – soudain – la profondeur d’un inconscient, ou d’une conscience de soi, et qui témoigne de la nécessité et de la vitalité de cette forme de l’autoportrait fragmentaire dans l’art contemporain.

Haut de page

Notes

1 M. Beaujour, Miroirs d’encre, Seuil, 1980, p. 31.

2 Roland Barthes par Roland Barthes, Seuil, collection « Écrivains de toujours », 1975.

3 Robert Pinget à la lettre. Entretiens avec Madeleine Renouard, Belfond, 1993.

4 Cette réflexion fait suite aux travaux de l’équipe sur « Figures paradoxales de l’Auteur », Recherches & Travaux, n° 64, textes réunis par Ch. Massol, A.-M. Monluçon et B. Ferrato-Combe, Ellug, 2004.

5 Voir l’excellente analyse de cet ouvrage présentée par R. Amossy, « Auteur pas mort, Réflexions autour du livre-entretien de Robert Pinget », L’Auteur. Colloque de Cerisy-la-Salle, actes publiés sous la direction de G. Chamarat et A. Goulet, Presses universitaires de Caen, 1996, p. 149-163.

6 J. Clair, Autoportrait au visage absent. Écrits sur l’art (1981-2007), Gallimard, 2008.

7 M. Beaujour, op. cit., p. 26.

8 M. Lafon, Une vie de Pierre Ménard, Gallimard, 2008.

9 Ch. Thomas, « De l’essai au roman », conférence de l’École doctorale de l’université Stendhal, 25 novembre 2008, non publiée.

10 Cl. Coste a édité Comment vivre ensemble. Simulations romanesques de quelques espaces quotidiens, cours de Roland Barthes au Collège de France, Seuil, collection « Traces écrites », 2002, et Le Discours amoureux, séminaire de Roland Barthes à l’École pratique des hautes études, suivi de Figures inédites de Fragments d’un discours amoureux, Seuil, collection « Traces écrites », 2007 ; il prépare l’édition du « Séminaire sur Sarrasine ». Anne Herchberg Pierrot a édité le séminaire sur Le Lexique d’auteur, à paraître au Seuil, 2010.

11 Fictions biographiques – xixe-xxie, textes réunis et présentés par A.-M. Monluçon et A. Salha, Presses universitaires du Mirail, 2007.

12 M. Boyer-Weinmann, La relation biographique : enjeux contemporains, Seyssel,Éditions Champ Vallon, 2005.

13 Cette scène a été transposée par Agnès Varda lors d’une exposition au Centre régional d’art contemporain Languedoc-Roussillon de Sète, La mer Etsetera, au printemps 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Ferrato-Combe, « Présentation », Recherches & Travaux, 75 | 2009, 5-12.

Référence électronique

Brigitte Ferrato-Combe, « Présentation », Recherches & Travaux [En ligne], 75 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://recherchestravaux.revues.org/366

Haut de page

Auteur

Brigitte Ferrato-Combe

Université de Grenoble, Traverses 19-21 (Centre É.CRI.RE)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Recherches & Travaux

Haut de page
  • Revues.org