Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Le mauvais ton

Stendhal pornographe1 !

Georges Mathieu
p. 181-191

Texte intégral

  • 1 Cette exclamation est empruntée à V. Del Litto, qui, dans sa notice du Journal, au tome 1 des Œuvre (...)
  • 2 Fiche de la bibliothèque municipale de Grenoble : Auteur : Stendhal (1783-1842) [*1121 doc.] Titre  (...)

1Constater que la Société stendhalienne a publié en 1928 un volume intitulé Les Écrits érotiques de Stendhal2 peut surprendre le lecteur d’aujourd’hui, qui ne lui connaît pas d’œuvre relevant spécifiquement de ce genre et qui, en feuilletant cette plaquette découvre une suite de fragments, datés ou non. D’où plusieurs questions.

2Pour qui ? Tiré à 98 exemplaires seulement (8 + 90), cet ouvrage non paginé semble d’abord destiné aux membres de la Société stendhalienne. Publication interne, en quelque sorte. La première question relève donc de la sociologie et de l’histoire, impliquant une étude du fonctionnement à diverses époques des sociétés savantes, et particulièrement de celles, encore très nombreuses, constituées autour d’un auteur. Cette recherche devrait évidemment prendre en compte l’évolution de la morale : le volume est constitué d’une suite de passages choisis, ici et là, dans certaines œuvres de Stendhal, et qui relèveraient de l’enfer des bibliothèques, ou, au moins, de la réserve, ce qu’indique le très faible tirage, qui, justement, réserve cette lecture à des connaisseurs, forcément adultes, mus par une curiosité officiellement plus littéraire que vulgaire, en partie intellectuelle et non seulement pulsionnelle. Pourtant, aucune provenance n’est signalée : les extraits du Journal, comme les extraits de la correspondance, quelques lignes ou quelques paragraphes, sont seulement précédés d’une date ; aucune note ne les accompagne, pas plus que le conte en vers L’Honneur français, qui clôt la plaquette. Aucune mise en perspective. Il ne s’agit donc pas du tout du même procédé que l’enveloppe jointe par l’éditeur Henri Debraye aux volumes de 1923 : lui, il y enclôt les passages d’une « ordurière pornographie » pour les réserver aux souscripteurs, qui sont supposés ne pas être des « jeunes filles », et n’avoir pas « des oreilles et des yeux délicats », mais tout est fait pour que les textes ainsi livrés à part et sous pli clos puissent être réinsérés à leur juste place dans le texte. En outre, toute la troisième partie est empruntée aux Caractères, dont on sait qu’ils sont le fruit de la collaboration entre Stendhal et Louis Crozet : ne pas le mentionner suppose que l’on fait appel à la curiosité des lecteurs potentiels pour ce qui est « scandaleux » plus qu’à leur esprit d’analyse.

3Le lecteur-acheteur du volume, en admettant qu’il ne connaisse pas encore les passages ici rassemblés, s’attend donc à retrouver des éléments de la vie de Stendhal et son écriture, sans doute moins un style qu’un « ton ». En effet, ainsi présentés comme appartenant à l’intime de l’auteur, – les textes dont ils sont extraits, y compris les Souvenirs d’égotisme sont bien publiés, actuellement, dans les volumes de la Pléiade intitulés Œuvres intimes –, ils sont supposés moins travaillés, ou, en tout cas, plus libres (dans tous les sens de ce mot) que le texte des romans, nouvelles, essais, etc. ; ces passages, en particulier, seraient plus relâchés, donc moins construits, mais témoigneraient de ce qui dans le style relèverait directement de la personnalité, du caractère, des manières, du réflexe conditionné plus que du calcul conscient, de la forme que l’auteur s’est donnée plus que de la forme qu’il donne consciemment à son texte. Peu importe que cette vision soit illusoire ou non. Ou, vu sous un autre angle, le ton, ce serait le style appliqué à un autre objet que son objet le plus fréquent, que son matériau « naturel », appliqué donc au scandaleux, au marginal, à un matériau qui semble appeler davantage la pulsion que le contrôle, même s’il s’agit, l’acheteur ne le sait pas encore d’après le titre, d’une utilisation du matériau lexical, diégétique, etc., et du répertoire de postures de narration caractéristiques d’un genre bien connu, largement pratiqué. En outre, le livre ouvert et feuilleté, cette impression d’approcher le ton en tant que face intime du style serait d’autant plus forte que ces écrits apparaissent comme autobiographiques, non fictionnels. C’est le caché, le non-dit des romans officiels qui se révèlerait alors, de sorte que l’on percevrait là le ton stendhalien comme le style de la broderie vu sur l’envers du tissu.

  • 3 « Mme Cossonnier nous chante : “[…] et le curé la perce, et le curé la branle”, etc. M. Baux : “C’e (...)

4Ainsi en arrive-t-on à la deuxième question, passant de l’interrogation sociologique à l’interrogation littéraire et plus précisément stylistique : en quoi les écrits érotiques, ou plutôt les passages érotiques des écrits de Stendhal, méritent-ils un « tiré à part », d’autant qu’il existait déjà l’enveloppe jointe par l’éditeur Henri Debraye à l’édition de 1923 ? Et, accessoirement, qu’est-ce qui justifie la division de la partie en prose en trois sections délimitées chronologiquement ? À la lecture, il apparaît évident que « érotiques » ne signifie pas seulement « relatifs à l’amour », mais plutôt « évoquant la sexualité en termes crus », « sexually explicit », comme on dit ailleurs, même si l’explicitation est très limitée. Cependant, cela ne semble pas avoir été le seul critère de choix, ou l’article défini « les » est mensonger : de nombreux passages présentant les mêmes termes ou d’autres du même registre n’ont pas été retenus ; même si on se limite à l’évocation de la sexualité humaine, ce qui permet d’exclure l’allusion à « la verge rouge de feu » du singe vu au zoo, ou l’évocation de l’« écoulement menstruel » des guenons et des femmes (Journal, 26 août 1806). Mais un passage n’est pas cité, alors qu’il se trouve au centre d’un ensemble qui fournit plusieurs pages du recueil3. Et le fragment daté du 3 vendémiaire, dans la première partie, ne comporte aucun mot obscène, quoique parlant d’une situation sexuelle (un ratage).

5Plus que des « écrits érotiques » de Stendhal, il s’agit donc, pour l’essentiel, de quelques passages obscènes, graveleux, à dominante satirique. Placés dans des cotextes évoquant des sentiments plus « convenables » et surtout utilisant un vocabulaire plus conforme aux bienséances, mais concernant les mêmes personnages, à commencer par le narrateur, ils relèveraient donc du registre burlesque, présentant une dégradation, par le trivial et le ridicule, des relations de camaraderie, d’amitié et d’amour qu’entretiennent des personnages mondains : les héros en sont presque tous des bourgeois, des nobles, officiers, savants, et des épouses ou filles de bourgeois, auxquels se mêlent des prostituées.

  • 4 Autres passages possibles : le journal des 22 et 24 pluviôse an XIII (à propos d’une chaude-pisse), (...)
  • 5 Voir les dernières lignes de cet article.

6Le problème littéraire se poserait donc ainsi : peut-on déceler dans ces passages4, et, sans vouloir être exhaustif, je ne me limiterai pas à ceux cités dans le volume de 1928, un ton particulier, ou « le ton stendhalien » ? L’usage du vocabulaire obscène, des mots « sales », comme le dit Stendhal5, et le fait de narrer des actes sexuels changent-il quoi que ce soit à l’allure, à la posture et aux rythmes du texte où ils apparaissent ? Qu’est-ce que ces passages nous disent de l’ensemble des textes auxquels ils appartiennent ?

7On peut les classer, si l’on y tient, et comme une bonne partie du journal, en trois catégories, que l’on nommerait, sans vouloir singer Chamfort : Caractères, Réflexions et Anecdotes. Sans pouvoir parler véritablement d’occurrences fréquentes, il n’est pas question de les qualifier d’événements rares, voire d’accidents. Le sujet de l’amour, sentimental et physique, est d’ailleurs l’un des principaux dans tous les ouvrages nommés. Mais on peut aussi considérer que ceux-ci traitent essentiellement de relations mondaines, des rencontres, activités, discussions et rivalités diverses existant dans une petite société.

8Cela justifie la comparaison avec les fictions pornographiques de l’époque et d’autres époques, afin de voir si l’on peut déterminer à quelle lignée, à quelle famille appartiennent les récits stendhaliens.

9Le vocabulaire est classique, et assez limité :
Pour les actions, « baiser » (avec COD ou absolument), « foutre », « enfiler » (une femme), « enculer », « branler », « en levrette » – ce syntagme adverbial ne s’appliquant à aucun verbe exprimé – et, le plus fréquent « avoir » (une femme) ; ce dernier terme est à noter, parce qu’il situe l’action davantage sur le plan des relations sociales que sur le plan du plaisir physique. N’oublions pas, aussi « manquer »… Ajoutons « décharger », « titiller », « baisoter », « prendre » (au sens de peloter, mettre la main à)…

  • 6 Journal, 1er août 1801. Faute de place et parce qu’au fond cette distinction ne serait pertinente q (...)

10Pour les parties du corps « tétons », « vit », « couilles », « cul », « motte », « con » (HF) ; dans L’Honneur français seulement la métaphore « férule » et la catachrèse « verge ». En dehors de ce texte, le sexe de la femme n’est pas souvent évoqué ; il faut signaler toutefois l’emploi du mot « machine6 », très inhabituel dans ce langage avec ce sens : le passage explique par quelle prise (au sens que ce mot a dans le domaine de la lutte) on peut « enfiler » une femme malgré ses résistances, qui ne peuvent être dues qu’à « la coutume ». On trouve « cela » dans ce même sens (voir note 9 ci-dessous). Le sexe de la femme semble être le plus difficile à nommer, toujours un « comment-a-nom ». En revanche, il est plus d’une fois question des « cuisses » comme élément érotique.

  • 7 Hors volume de 1928 : journal du 17 vendémiaire an XIV : « Cymbeline me disait ce matin, en parlant (...)

11Les femmes sont, dans ces contextes, souvent désignées par des termes insultants : « fille » (au sens de prostituée), « salope », « putain », « gousse » – ce mot apparaît dans la bouche de Romain et de Coïc –, « bougresse », « gueuse » (HF), « catin ». On trouve aussi un passage sur les « tribades7 ».

12La chaude-pisse est évoquée de façon atténuée : « ch…-p… », puis « the caldap… », dans le Journal au 11 février 1805. Le mot « bordel » apparaît, en français, et aussi en anglais au chapitre 3 des Souvenirs d’égotisme, l’anglais servant à préciser l’euphémisme français : « pour prendre un établissement (to raise a brothel) ».

13On peut lier aux termes sexuels, en tant que jugés grossiers en société, le terme de « rot », l’allusion à la « pétarade » (au sens de série de pets) qui accompagne une scène écoutée derrière la cloison.

14Dans la plupart des cas, les termes obscènes ne sont pas masqués et cela paraît cadrer assez mal avec cette déclaration dans les Souvenirs d’égotisme :

  • 8 La femme de Monsieur de Lavenelle.
  • 9 Chapitre 4, H. Martineau (éd.), Le Divan, 1941, p. 48.

Sa femme8 était si libertine, si amoureuse de l’homme physique, qu’elle acheva de me dégoûter des propos libres en français. J’adore ce genre de conversation en italien ; dès ma première jeunesse, sous-lieutenant au 6e dragons, il m’a fait horreur dans la bouche de Mme Henriet, la femme du capitaine9.

Et quelques lignes plus bas :

En un mot, j’ai en horreur les propos libertins français, le mélange de l’esprit à l’émotion crispe mon âme, comme le liège que coupe un couteau offense mon âme.

15Il semble donc que Stendhal veuille utiliser plutôt la crudité nue et sans recherche d’esprit que la finesse, même s’il s’y exerce quelquefois. De fait, il reproche, quelques pages plus loin, à M. Dupaty d’être trop « convenable », notion ici très large, mais qui s’oppose incontestablement à l’emploi en société des mots cités ci-dessus. Robert André nous livre une analyse psychologique fine de cette attitude :

  • 10 R. André, chapitre « Le désir et la sexualité », Écriture et pulsions dans le roman stendhalien, Ch (...)

Le monde de la sexualité est donc aussi tourmenteur que l’autre. Il apparaît dominé par un fort sentiment de culpabilité masqué avec gaucherie par la bravade et la forfanterie. Cet athée farouche, le disciple d’Helvétius et des Idéologues, supporte en réalité mal les misères et les laideurs de la physiologie10.

et il évoque plus loin « une libido demeurée à un stade infantile » pour expliquer « le babilanisme épisodique de Beyle ».

  • 11 Le terme apparaît aussi à propos d’autres passages que les anecdotes obscènes. Il l’emploie deux fo (...)

16Quant à la technique de narration, le lecteur de la littérature pornographique des xviiie et xixe siècles est plutôt frappé par la sécheresse des récits, c’est-à-dire, concrètement, par l’absence d’adjectifs, d’adverbes, d’exclamations, de métaphores, de ponctuation expressive, de lyrisme donc, dans ces passages. Le mot de Stendhal, pour ce type de récits est « squelette », qu’il emploie notamment dans le Journal le 29 mars 1805 : « Ces choses grossières, ici en squelette, étaient tout à fait comiques entre nous11. » La lettre du 28 juillet 1805 en fournit peut-être une explication :

Je cesse de décrire parce que j’ai observé que je gâtais mes souvenirs, cette douce partie de la vie. Il me faudrait cinquante heures de travail, avec une sensibilité brûlante, coulante comme un fleuve remplissant tout, pour décrire ce que j’ai senti depuis 3 heures jusqu’à 9 (actuellement). Cela est impossible ; je décrirais donc mal […]. Je n’écrirai donc que les anecdotes ridicules, satiriques ; je serais bien fou de gâter les souvenirs tendres.

  • 12 Dans le journal, au 30 ventôse an XIII (21 mars 1805), où il analyse sa relation avec Amélie, par e (...)
  • 13 Caractères, 24 mars 1805.

17Les passages obscènes relèvent bien du registre satirique, montrant des scènes ridicules, des personnages aux attitudes déplacées : femmes trop faciles, pas forcément belles, hommes pervers, Romain renversant des chaises au mauvais moment et fuyant en oubliant son chapeau… et tout cela à peu près sans conséquences. C’est à l’opposé de l’excès de sensibilité, apparemment parodique de Gamiani, des métaphores sentimentales de la pseudo-comtesse de Choiseul-Meuse, mais aussi de toute cette exaltation des plaisirs que l’on trouve aussi bien dans Le Portier des chartreux que dans Caroline et Saint-Hilaire, chez Nerciat ou même chez Mirabeau. Les textes les plus proches seraient certaines des œuvres de Sade ou de Restif, et les aventures du bossu Mayeux. La comparaison permet de s’apercevoir qu’aucun terme d’évocation de la volupté n’est présent chez Stendhal, dans les scènes, tout au plus les mots « jouissance » et « jouir », ici et là, mais à valeur essentiellement technique12. On ne peut considérer comme tel le mot « plaisir », dans cette phrase à propos de Romain : « Il a autant de plaisir à foutre une fille qu’une femme honnête qu’il n’aimerait pas13. » La diversité des vocables et des scènes est aussi beaucoup moins grande que dans la fameuse Lettre à la Présidente, de Théophile Gautier, où la provocation est un jeu de salon impliquant la recherche d’un comble, d’un excès (comme dans Gamiani), même si c’est sous le prétexte d’un reportage réaliste, d’une tranche d’autobiographie. Une différence essentielle entre les écrits de Stendhal et ce texte, comme avec les livres sur M. Mayeux, est que dans ces deux œuvres, le héros enchaîne les aventures (et mésaventures) avec une énergie conquérante (plus joyeuse chez Mayeux), en étant toujours sujet, alors que chez Stendhal il ne s’agit que d’épisodes séparés, dont le narrateur est plus souvent le témoin ou le confident que le protagoniste principal ou même un des protagonistes tout court.

  • 14 1er août 1801, 25 septembre 1804, 29 mars 1805…

18De fait, la plupart des passages cités dans le volume de 1928, notamment, s’ouvrent sur un nom propre et nous exposent les mœurs d’une personne : Mme Notat, Mmes Petiet et Dumorey, Pacé, Rouget, les demoiselles Rhédon, Jacquet, Romain, Coïc, Mme Cossonnier (hors volume, Journal du 4 décembre 1805 et la suite, citée, elle, en dernier extrait), l’Olivier de la célèbre lettre à Mérimée du 23 décembre 1806, et quand le « je » apparaît14, il est remplacé par des tournures impersonnelles, commente ou discute. Le narrateur est le héros malheureux du ratage d’Alexandrine dans les Souvenirs d’égotisme et de quelques autres passages non cités dans le volume, mais il y est, comme dans L’Honneur français, en tant que membre d’une société.

  • 15 B. Diaz, Stendhal en sa correspondance, Champion, 2003, p. 418.
  • 16 Et dans ce passage l’essentiel de l’anecdote n’est pas l’action, mais la déclaration de la dame ens (...)

19Les passages obscènes sont donc riches en noms propres, conformément au vœu qu’exprime Stendhal dans plusieurs lettres à Jules Gaulthier, en 1834 et en 1840, demandant « les petites aventures de la société dans les châteaux », « les moindres petites choses de Paris », « des lettres remplies de noms propres »15, et en cela ils ressemblent tout à fait aux autres pages du Journal et de la correspondance, ce qui montre que ces faits de sexualité sont mis sur le même plan que les autres, font partie de la vie mondaine. Mais ces anecdotes et réflexions présentent une autre caractéristique lexicale intéressante pour ce genre de récits : la fréquence d’emploi du verbe « dire » et d’autres verbes synonymes : « On cite ici », « C’est Percheron qui m’a donné ce moyen », « Rouget me conte »16, « Coïc m’a dit souvent », « Il me disait », le comble étant dans le :

Je l’ai fait rire en lui répétant la pantomime que je faisais à Mme Mortier. Elle m’a dit en riant beaucoup que Dugazon lui avait dit, ou avait dit, qu’elle avait le foutre tragique, qu’il lui en faudrait long comme cela. […] Moi je lui ai dit que Dugazon m’avait dit qu’elle avait des couilles.

  • 17 By the way, j’aurais tendance à voir un calembour sous-entendu dans le vers « Sois cisalpin, ou bie (...)

20Le point culminant de L’honneur français est la harangue au « Cisalpin17 ». Il est bien entendu, cependant, qu’aucune de ces phrases n’exprime une émotion forte, sauf peut-être dans la scène entre Mme Jacquet et Derrien dans les Caractères, mais cela tombe à plat.

21En fait, l’obscénité stendhalienne n’est pas nécessairement matière à récits, à anecdotes spécifiques ; elle peut apparaître dans une remarque, comme, hors volume, dans le Journal, au 25 mars 1805 :

(Ce pauvre Parny passe pour avoir été entretenu par Mlle Contat. Il est bel homme, mais a l’air bête. Il s’est avisé un jour de saluer la petite tante, qui dit au neveu :
« Je trouve ce gueux-là bien impertinent, d’oser me saluer. » Il est donc autant déshonoré que possible. Un homme qui se serait laissé enculer et donner des soufflets le serait bien moins.)

22Au 28 janvier 1806, le développement comprenant les termes « foutue », « en levrette », « avec une redingote » (au sens, bien évidemment, de condom) est lancé par « Il [Tivollier] m’instruit dans l’art d’avoir des femmes sans scandale à Grenoble », passage à rapprocher de celui dans lequel c’est Percheron qui donne des conseils, voire du passage où c’est la référence aux « grands hommes grecs » qui inspire une conduite. Au 4 mars de la même année, dans le récit d’un dîner, il étudie sa timidité, ses réactions, ses chances d’avoir une femme et note :

Je parlai un instant à Mme [un blanc], mère de Pauline et de Félicité, en tâtant la fesse de Pauline et les cuisses de Félicité ; le bon aurait été d’avoir la cuisse contre celle de Colette, la troisième fille, comme je l’ai eue pendant le dîner.

  • 18 Cette notation du Journal au 5 mars 1815 irait dans le même sens : « Il y a un mot que la lecture d (...)

23L’expression « le bon aurait été » situe le registre de langue dans lequel on se trouve, expliqué juste avant par « j’écris au courant de la plume ». Le terme n’est pourtant pas forcément le premier qui vient, comme le montre cette notation du 13 novembre 1805 : « Tournure de grande haquenée, de catin, de Mme Thibaudeau, frappante surtout lorsqu’elle danse. Sotte dignité, contentement d’elle-même. » En fait, c’est la femme qui est ici obscène dans son comportement, et le terme dégonfle l’apparence mondaine, comme la métaphore à propos de Mme Cossonnier, dans les Caractères : « Jolie taille, empalée jusqu’aux reins ; roide et piquée dans sa démarche, parce qu’elle veut paraître cambrée18. » En revanche, la métaphore euphémisante est de rigueur au 8 novembre 1805, à propos d’une manifestation d’impuissance face à Mélanie : « j’aurais voulu un peu des transports que je me figure qu’Angélina avait. J’étais prêt à m’envoler, mais j’avais besoin de cela pour le faire (chose remarquable in my love for her). » On peut tenter une explication psychologique, les termes crus servant à tenter de diminuer l’importance de la sexualité parce que celle-ci, justement, pose problème. Ils attestent que « baiser » n’est pas si difficile dans la société, et Stendhal ne cesse de le constater dans son entourage ou ailleurs. Témoin, cette vision de Venise :

Ce pays, dans l’état actuel, est peut-être encore le plus gai de l’Europe. La facilité de faire connaissance y est étonnante. On s’assied à côté d’une femme, on se mêle sans façon de la conversation, on répète trois ou quatre fois ce procédé ; si l’on se plaît, on va chez elle, et en quinze jours, à la première fois qu’on se trouve en gondole, on la branle.

24Ce « sans façon » de l’écriture est aussi celui, dans les actions, d’un Derrien, d’un Percheron ou de certaines femmes. Le héros-narrateur atteint à cette désinvolture dans certains épisodes, notamment au 23 avril 1806 où il accumule enfiler, branler, foutre, enculer, mais inclut aussi une expression énigmatique : « Je lui fis cela deux fois, le lui fis faire six. » Or, le passage s’ouvre par une phrase nominale « Aventure aussi basse chez Mme Pallard, ou plutôt sur la porte de la maison de Mme Lavabre », qui classe la suite comme une note plus que comme une étude. Il définit d’ailleurs cette histoire comme « une matière si maigre et si noire ». Note aussi, cette phrase-paragraphe : « Je caracole toujours de temps en temps Mlle Charlotte », entre « Je vais demain chasser au lièvre. On part à six heures et demie ; c’est à Wolfenbuttel » et « J’ai des velléités fortes et très passagères pour quelques femmes ».

  • 19 P.-L. Rey, « Ellipses, litotes et euphémismes dans le Journal », dans Ph. Berthier et É. Bordas (éd (...)

25En revanche, le passage du 8 novembre 1805 cité ci-dessus appartient à un récit plus élaboré, dans une histoire plus sentimentale, impliquant plus Stendhal que les relations avec d’autres femmes. Comme, peut-être, l’étude de l’« Olivier » dans la lettre qui annonce le sujet d’Armance. C’est d’ailleurs l’analyse que propose Pierre-Louis Rey19.

26Cela correspond également assez bien à cette double écriture du Journal, entre carnet de notations et autoanalyse, sachant que l’on peut passer de l’un à l’autre au cours de la même « journée ». Encore ne faut-il pas, je pense, chercher à tout prix une cohérence affirmée dans cette alternance entre crudité et euphémismes, entre sentiments et cynisme ; car ailleurs il regrette la contrainte de décence verbale de son époque :

En étudiant les mœurs de l’Italie au xvie siècle, je crois voir que la science des convenances s’est perfectionnée, et c’est tant pis pour nous :
1° À cause de la gaieté. […] Les nobles Vénitiens, en 1740 (De Brosses) quittaient le masque pour monter au Sénat, et en sortant du Sénat montaient dans leur gondole avec une fille. Le quart d’une telle action perdrait un Français de 1812.
2° Il y a moins de naturel.

Beaucoup de mots de Henri IV ne conviendraient pas aujourd’hui à un roi.

Mme de Sévigné cite les Contes de La Fontaine, et une chanson qui finit par :
… Et leurs femmes on baisera, ce que ne feraient pas nos femmes honnêtes. Cela est une suite naturelle des progrès de l’esprit et aurait besoin d’être corrigé par un gouvernement attentif à la volupté publique. C’est le contraire : tout, en 1812, porte aux bonnes mœurs, au raide, à l’ennui. Il ne nous reste que les filles, ed io vo adesso a pranzar con una.(Journal, 27 mars 1812)

27L’emploi de la double euphémisation : l’italien et le verbe « dîner » (pranzar) pour signifier sans doute dîner et coucher, qui plus est dans une page du Journal, me semble ici foncièrement ironique : c’est un respect déplacé (vu ce qui précède) des convenances, qui en montre le ridicule. L’obscénité, dans les œuvres dites « intimes » de Stendhal, serait aussi une résistance, de même que, il en est bien conscient, le langage sentimental, dans d’autres passages des mêmes œuvres, attesterait de l’influence de l’esprit du temps, des œuvres lues, etc.

28Cette publication de la Société stendhalienne amène donc, sans parler d’autres motifs de curiosité, à s’interroger sur l’irruption de certains mots et la non-dissimulation de certaines actions dans des œuvres où le code des convenances littéraires implique généralement l’autocensure de l’écrivain (ou de l’éditeur), du moins jusqu’à une époque récente. Le ton de Stendhal dans ces passages n’est, on s’en doutait, pas essentiellement différent de ce qu’il est dans le reste du Journal, de la correspondance et des Souvenirs d’égotisme ; même L’honneur français, bien qu’en vers, ne s’écarte pas fondamentalement du refus du lyrisme érotique dans l’évocation des actes sexuels. En dehors des raisons liées à la psychologie profonde de Stendhal, on peut y voir, en lien avec le malaise à l’égard des convenances que par ailleurs il s’efforce souvent de respecter en société jusqu’à viser l’élégance du bon ton, un refus de la basse complaisance, énoncé dans ce passage d’un brouillon de lettre à Balzac, 28-29 octobre 1840 :

En composant la Chartreuse, pour prendre le ton je lisais chaque matin 2 ou 3 pages du code civil.
Permettez-moi un mot sale : je ne veux pas branler l’âme du lecteur.

29Et certes, les « écrits érotiques » de Stendhal, dont, finalement, le volume de 1928 donne un assez bon échantillon, qui en montre la diversité à défaut d’être exhaustif, ne sont guère susceptibles de cette fonction. Ce serait sans doute cela, aux yeux de Stendhal, le « mauvais ton ». Alors, Stendhal pornographe ? Oui, au sens strict du terme, mais la bassesse, à le lire, est dans les actions elles-mêmes, toujours recherchées et presque toujours méprisées, non pas dans le fait de les noter en un langage technique, dont Stendhal n’ignore pas la valeur provocatrice. On peut, si l’on veut et sans pousser trop loin l’idée, voir dans ce choix d’écriture quelque chose de sardonique.

Haut de page

Notes

1 Cette exclamation est empruntée à V. Del Litto, qui, dans sa notice du Journal, au tome 1 des Œuvres intimes (Gallimard, collection « Bibliothèque de la Pléiade », 1981) écrit, p. 1113, à propos de la qualification donnée par Debraye à certains passages : « Stendhal pornographe ! Il fallait bien mal le connaître pour le qualifier de la sorte. »

2 Fiche de la bibliothèque municipale de Grenoble : Auteur : Stendhal (1783-1842) [*1121 doc.] Titre : Les Écrits érotiques de Stendhal, Éditeur : Bruxelles [*19 doc.] 1801-1832. Description : Non paginé ; Notes ; Tirage limité à 98 exemplaires réservés à la Société stendhalienne. Exemplaire : Étude et information - Fonds dauphinois - Livre de la réserve – Cote : V. 31626 Rés, Communication sur place.

3 « Mme Cossonnier nous chante : “[…] et le curé la perce, et le curé la branle”, etc. M. Baux : “C’est qu’il n’avait point son vit là landera lon la”, etc. » (Journal, 12 frimaire an XIV, 4 décembre 1805)

4 Autres passages possibles : le journal des 22 et 24 pluviôse an XIII (à propos d’une chaude-pisse), du 12 frimaire an XIV, les pages 82 à 84 des Souvenirs d’égotisme (édition Martineau, 1941), la fin de la lettre datée de Corfou le 1er février 1831 à Adolphe de Mareste (Correspondance, t. II, Gallimard, collection « Bibliothèque de la Pléiade », 1967), par exemple.

5 Voir les dernières lignes de cet article.

6 Journal, 1er août 1801. Faute de place et parce qu’au fond cette distinction ne serait pertinente que si on voulait vraiment étudier dans la perspective historique indiquée ci-dessus le volume qui sert surtout ici de point de départ à la réflexion, je ne préciserai pas si les éléments cités renvoient à un passage retenu dans ledit volume ou à un autre. Je tiens cependant le descriptif de cette brochure et les références à la disposition des curieux.

7 Hors volume de 1928 : journal du 17 vendémiaire an XIV : « Cymbeline me disait ce matin, en parlant des tribades, qu’elles se font cela avec leurs doigts, qu’elles se baisent avec leurs langues, qu’elles se titillent avec la langue le bout des tétons, qu’enfin elles se frottent cela en se couchant l’une sur l’autre, celle de dessus passant la cuisse gauche, par exemple, sous la cuisse droite de celle de dessous. »

8 La femme de Monsieur de Lavenelle.

9 Chapitre 4, H. Martineau (éd.), Le Divan, 1941, p. 48.

10 R. André, chapitre « Le désir et la sexualité », Écriture et pulsions dans le roman stendhalien, Champion, 1997.

11 Le terme apparaît aussi à propos d’autres passages que les anecdotes obscènes. Il l’emploie deux fois dans la lettre du 21 mars 1805, ce qui tendrait à prouver qu’à ce moment-là il aime particulièrement ce mot : ayant analysé son attitude avec Mélanie (voir note suivante) il écrit « Voilà le squelette », et plus loin dans la même journée, après le récit de plusieurs visites à Mélanie : « Voilà le squelette sans vie de l’heure la plus charmante, le plan des îles Borromées et du rivage du lac Majeur, exactement cela. C’est cela, et rien n’est plus loin de ce que ces îles ont été pour notre âme charmée. »

12 Dans le journal, au 30 ventôse an XIII (21 mars 1805), où il analyse sa relation avec Amélie, par exemple ; je donne quelques extraits pour qu’on situe bien la valeur du mot ici : « J’étais amant tendre et soumis avant-hier ; hier, j’entrevis le bon effet que ferait la fatuité ; aujourd’hui j’ai été fat comme il faut l’être, j’ai entremêlé ma fatuité de choses très tendres, mais dites avec un peu moins de cœur qu’elles ne devraient l’être en pur sentiment, et jamais je n’ai été aussi aimable aux yeux de Mélanie. […] Je suis enchanté d’elle, je suis très content de moi, je suis très heureux. / Dans six ans, je ne demeurerai pas un mois et demi pour en être à ce point-là avec une femme qui me plaira ; je l’aurai probablement au bout d’un mois. […] / Voilà une journée très heureuse. Je jouis bien plus que le 6 ventôse (ce six-là n’est pas le meilleur jour du mois, mais celui du plus grand talent. »

13 Caractères, 24 mars 1805.

14 1er août 1801, 25 septembre 1804, 29 mars 1805…

15 B. Diaz, Stendhal en sa correspondance, Champion, 2003, p. 418.

16 Et dans ce passage l’essentiel de l’anecdote n’est pas l’action, mais la déclaration de la dame ensuite : « Rouget me conte qu’il a enculé une madame de St-S…, qui, après la cérémonie, a dit en pleurant : “Je suis donc comme toutes les femmes.” Cette excuse est profonde, à ce qu’il me semble. »

17 By the way, j’aurais tendance à voir un calembour sous-entendu dans le vers « Sois cisalpin, ou bien je te coupe le vit. » : « coupe le vit » ne peut-il pas se lire « cisaille la pine », jeu de mot avec « cisalpin » ?

18 Cette notation du Journal au 5 mars 1815 irait dans le même sens : « Il y a un mot que la lecture des journaux français me fait toujours prononcer : cochon ! »

19 P.-L. Rey, « Ellipses, litotes et euphémismes dans le Journal », dans Ph. Berthier et É. Bordas (éd.), Stendhal et le style, Presses Sorbonne Nouvelle, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Mathieu, « Stendhal pornographe ! », Recherches & Travaux, 74 | 2009, 181-191.

Référence électronique

Georges Mathieu, « Stendhal pornographe ! », Recherches & Travaux [En ligne], 74 | 2009, mis en ligne le 28 février 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://recherchestravaux.revues.org/363

Haut de page

Auteur

Georges Mathieu

Université de Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

© Recherches & Travaux

Haut de page
  • Revues.org