Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Paroles d'auteurs

L’humour, probablement

Joseph Danan
p. 113-115

Texte intégral

1Le comique existe. Cette surprenante affirmation n’est paradoxale qu’au regard d’une autre : la comédie n’existe plus.

2La tragédie non plus.

3Comique et tragique (quand ils sont là) sont devenus inhérents à l’écriture. Ils « innervent » l’écriture.

4Preuve irréfutable du comique : le rire. — Encore est-elle relative : le rire d’un spectateur n’est pas celui d’un autre, ni celui « du public ».

5L’inverse n’est pas vrai. L’inverse : le comique qui ne fait pas rire (Flaubert). L’inverse encore : du tragique, pas de preuve irréfutable.

6Faux couple. Le tragique concerne nécessairement les macrostructures dramaturgiques. Même quand il y a « du tragique » dans une pièce, il serait absurde de dire qu’il est présent dans une réplique ou dans un moment de l’œuvre (même s’il s’y manifeste ou s’y explicite). Il peut y avoir une séquence tragique au sein d’une œuvre hybride. Mais c’est que cette séquence fonctionne comme totalité.

7Le comique concerne presque nécessairement les microstructures, le « pas à pas » des situations, des actions et des répliques. De ce faux couple, c’est du comique qu’il est au plus juste de dire qu’il innerve l’écriture (qui, elle, est nécessairement « micro »). Qu’il la commande, comme une vision du monde.

8Lorsqu’il m’est arrivé d’avoir la tentation d’écrire une « comédie », j’ai toujours dû me rendre à l’évidence : ça ne faisait rire que moi.

9(Écrire me fait rire).

  • 1 Rouen, Éditions Médianes, 1997.

10J’exagère, bien sûr. Mais c’était tellement mêlé que le rire se nouait, se fondait en noirceur, ou en inquiétante étrangeté. L’Enfance de Mickey1, cette fausse pièce pour enfants, qui retourne Walt Disney comme un gant.

11Inversement, lorsque j’ai pu viser le comble de la noirceur, du tragique, c’est le rire qui parfois était à l’arrivée.

12Je m’y suis fait.

13Comique non prémédité. Jamais. Il vient ou ne vient pas. Dans l’invention au présent, dans le jeu de l’écriture.

14Ce comique qui me prend par surprise, qui trame l’écriture, qui est sa respiration même, n’est-ce pas plutôt l’humour ?

15L’humour est regard. Il en est part constituante, comme de l’écriture. Je ne le choisis pas. Il est à l’intime de moi. Une manière d’être, de sentir, de formuler.

16La part la plus intime, d’une certaine manière. D’où la difficulté de devoir l’analyser (ou simplement en parler), c’est-à-dire de vouloir l’isoler, le décoller du mouvement même de l’écriture : le choix des mots, le rythme, l’agencement des répliques.

  • 2 « De l’essence du rire et généralement du comique dans les arts plastiques », dans Curiosités esthé (...)

17Il est une manière de ne pas se laisser avoir par le monde, de ne pas se laisser engluer dans le monde, dans le tragique. Il relève par-dessus tout d’une défiance permanente envers l’« esprit de sérieux ». Peut-être cette « puissance d’être à la fois soi et un autre » dont parle Baudelaire2.

18Défiance aussi, et tout autant constitutive, à l’égard de ce qui ressemble de près ou de loin à du pathos. Rester léger, c’est la moindre des politesses. Et cette légèreté-là n’a rien d’insoutenable.

19Revenir, pour bien comprendre ça, à l’Anthologie de l’humour noir de Breton, ce grand livre.

20L’humour noir qui, on le sait, n’est pas uniment noir, mais foncièrement noir. Au cœur.

  • 3 André Breton, Anthologie de l’humour noir, dans Œuvres complètes, t. II, Paris, Gallimard, « Pléiad (...)

21« Les yeux de Swift étaient, paraît-il, si changeants qu’ils pouvaient passer du bleu clair au noir, du candide au terrible. Cette variation s’accorde à merveille avec sa façon de sentir3. »

22L’humour, le comique. Le comique est la part visible, corporelle de l’humour.

23Le comique est la valeur ajoutée à l’humour par le théâtre.

24Comme par les « arts plastiques » (Baudelaire), comme par le cinéma.

25Par la littérature aussi, le roman, lorsque les mots évoquent (convoquent) des corps, des situations. Représentation mentale. Où se font corps eux-mêmes, matérialité (Rabelais, Queneau).

26Au théâtre : le travail des acteurs et de la mise en scène. Des acteurs, en tout premier. – Le décalage, la maladresse, le gag.

27Ma part à moi : l’humour, plutôt, donc.

28Le regard. (Au bout du stylo [quand j’écrivais au stylo]).

  • 4 Op. cit.

29J’ai pu être tenté, de ma position d’auteur, d’empiéter sur la scène (d’y poser un pied, comme l’Homme sur la lune). De tenter une écriture du gag. Je l’ai fait dans ma deuxième pièce pour enfants, Jojo le récidiviste 4. C’est une pièce presque uniquement didascalique, dans laquelle l’humour s’incarne en comique des mouvements et des corps, en burlesque. Passage de Woody Allen à Buster Keaton.

30(Keaton [Allen un peu aussi] : l’homme qui ne rit jamais. Ignorant de son propre comique). (Et tous les deux se dédoublent : dans l’écran et derrière la caméra [sur la scène et derrière le clavier de l’ordinateur]).

31Jojo… comme par hasard une pièce pour enfants.

32Ignorants sont les enfants de leur propre comique.

33Certains adultes aussi.

  • 5 Anthologie de l’humour noir, op. cit., p. 877.

34Tout sauf l’ironie dédaigneuse, le froid regard en surplomb de celui qui sait (« celui, dirait Breton, qui a pris les choses par la raison, jamais par le sentiment5 »).

35Atteindre cette ignorance.

Haut de page

Notes

1 Rouen, Éditions Médianes, 1997.

2 « De l’essence du rire et généralement du comique dans les arts plastiques », dans Curiosités esthétiques, Paris, Garnier, 1962, p. 262.

3 André Breton, Anthologie de l’humour noir, dans Œuvres complètes, t. II, Paris, Gallimard, « Pléiade », 1992, p. 878.

4 Op. cit.

5 Anthologie de l’humour noir, op. cit., p. 877.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Danan, « L’humour, probablement », Recherches & Travaux, 69 | 2006, 113-115.

Référence électronique

Joseph Danan, « L’humour, probablement », Recherches & Travaux [En ligne], 69 | 2006, mis en ligne le 25 novembre 2008, consulté le 23 août 2017. URL : http://recherchestravaux.revues.org/159

Haut de page

Droits d’auteur

© Recherches & Travaux

Haut de page
  • Revues.org