Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

À propos de R & T

Recherches et Travaux, revue de l’UFR de Lettres classiques et modernes depuis son origine, est devenue en 2006 la revue de l'Équipe de recherche Traverses 19-21 (E. A. 3748), qui fédère trois Centres de recherche : le Centre d’Études stendhaliennes et romantiques, l’Équipe Crise de la représentation et le Centre de Didactique de la littérature.

Dans une perspective moderne et contemporaine, la revue consacre ses « recherches et travaux » à la langue et à la littérature françaises et francophones du XIXe siècle au XXIe siècle, à la littérature comparée, aux relations entre la littérature et les arts, et à la didactique de la littérature. Chaque numéro est thématique et centré sur une question de littérature et/ou d'esthétique.

Politique d’édition électronique : résumés et sommaire pour les numéros récents ; texte intégral pour les numéros des années antérieures avec un délai de 18 mois.

Dernier numéro en ligne
86 | 2015
Jouer (avec) la vieillesse

Sous la direction de Ariane Martinez

La multiplication des films, des chorégraphies et des pièces de théâtre mettant en scène des personnes âgées en ce début de XXIe siècle incite à s’interroger sur ce qui persiste, et sur ce qui a changé dans les interprétations de la vieillesse (interprétation portée par l’acteur, interprétations proposées par le spectateur). L’approche de ce numéro 86 de Recherches et Travaux se veut rétrospective, cherchant à éclairer le présent au regard du passé.

À l’heure où les âges de la vie tendent à perdre certaines de leurs caractéristiques propres dans les sociétés occidentales, « jouer (avec) la vieillesse », c’est se saisir d’un imaginaire social stéréotypé et contradictoire (vieillards cacochymes, autoritaires, colériques, sages, ridicules, anxieux, lubriques, impuissants…). C’est aussi montrer combien les acteurs et les danseurs, à mesure qu’ils avancent en âge, maintiennent dans l’exercice de leur métier, le ludisme traditionnellement attribué à l’enfance, ludisme fondé sur une certaine attention au présent. La vieillesse est ici traitée à la fois sous l’angle des représentations collectives et des perceptions individuelles, de la corporéité (avec ses marqueurs physiques repérables) et de la corporalité (telle qu’elle est vécue de manière sensible et intime).

  • Ariane Martinez
    La vieillesse, ennemie ou alliée de l’acteur ? [Texte intégral disponible en novembre 2016]
  • Le vieil homme, un type à interroger


    Clov : si vieillesse savait !

    Samuel BECKETT,
    Fin de partie, Paris, Minuit, 1957, p. 24.

  • Des ponts entre les âges


    Pourquoi pas dit la mère et la mère se regarde dans
    la glace et la mère se trouve encore bien pour son âge
    Je suis encore bien pour mon âge non ?
    La fille revient la fille dit, le chien veut sortir
    Ah, dit la mère, l’âge de nos jours ne veut plus rien dire.

    Noëlle RENAUDE
    Bon, Saint-Cloud, dans La Famille, dix pièces courtes,
    Paris, L’avantscène théâtre, La Comédie-Française, 2007, p. 129.

  • L’expérience chevillée au corps


    C’est très facile de continuer à fonctionner au rythme de ses contemporains, de mûrir puis de vieillir avec eux. Et c’est miraculeux d’accéder à des rôles de plus en plus beaux, et forts, chargée de votre mémoire et de vos expériences personnelles qui ont mis des rides sur votre visage. Elles sont les cicatrices du rire, des larmes, des questions, des étonnements et des certitudes qui sont aussi ceux de vos contemporains. Pour la plupart des femmes, ces cicatrices-là sont des ennemies. Elles les traquent, elles les dépistent, elles essaient de les détourner, de les effacer. Et comme je les comprends ! On ne fraternise pas avec l’ennemi quand l’ennemi ne vous rapporte rien, quand on ne peut pas s’en servir. Pour les stars, ces cicatrices-là sont des meurtrières, des sommations avant l’expulsion d’un territoire, celui du rêve. Elles sont obligées de le quitter de peur d’annuler les rêves qu’elles ont su donner à rêver pendant quelques années. […] Pour les gens comme moi qui n’ont eu ni les épaules, ni le goût, ni le courage de faire le métier de stars, ces cicatrices-là ont été des alliées, voire même des alibis. […] On ne joue pas mieux, on ne joue plus, on est. Et les hommages rendus par les gens qui parlent de « courage à se montrer sous un aspect peu flatteur », sont de pieuses pensées. Il n’y a pas là de courage, il y a une forme d’orgueil, de vanité diraient certains, à se montrer telle qu’on est pour mieux servir celle qu’on vous a fait le cadeau de vous proposer.

    Simone SIGNORET
    La nostalgie n’est plus ce qu’elle était, Paris, Seuil, 1976, p. 313-314.

Actualités

Féeries

Études écossaises

Calenda - Littératures

  • Revues.org